Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
23/6/2015
Le secteur de la Haute-Sûre et Les Frênes soutiennent Jabboulé au Liban
Beaucoup de monde l'autre soir à Warnach pour le vingtième souper libanais organisé conjointement par les paroisses du Secteur de la Haute-Sûre et la communauté ''Les Frênes'' au profit de la communauté religieuse de Jabboulé au Liban. Sœur Jocelyne venue directement du Liban était présente et a pu donner des nouvelles ''en direct'' de l’évolution de la situation au Liban et de la vie des enfants et des sœurs de Jabboulé.
Jabboulé, petite enclave chrétienne située dans le nord de la plaine de la Bekaa, est à une vingtaine de kilomètres de la frontière Syrienne et à 15 kilomètres du village libanais d’Ersal envahi l’an dernier par l’Etat Islamique; l’armée libanaise tout comme les miliciens du Hezbollah ont pris position à un moins d’un kilomètre à l’arrière du couvent; c’est dire que la communauté des religieuses et les enfants qu’elles accueillent à l’école ou à l’orphelinat vivent dans une situation d’extrême tension.
- Sœur Jocelyne, avez-vous envisagé de partir ?
Sœur Jocelyne: ''Nous ne nous sommes jamais posé la question et n’avons pas peur. Nous resterons même s’ils (Daech) viennent jusqu’ici. Qu’importe si nous finissons martyres! Comment dire aux gens de ne pas partir si nous nous en allons. C’est notre mission de montrer que par l’amour on peut vaincre le mal. Notre présence c’est le sel de l’Espérance. Elle permet d’encourager les chrétiens à rester dans cette enclave islamique. Nous vivions avec les habitants de cette région dans le bonheur, pourquoi les quitterions-nous dans le malheur? Les gens de Beyrouth nous appellent ''les folles''. Ils nous demandent ''vous attendez Daech? Que faites-vous encore là?'' Je leur répond ''Nous sommes là pour éloigner Daech''. Son souhait est de mettre la peur dans le cœur des gens. Nous ne voulons pas leur donner ce bonheur. Nous sommes chrétiens, nous croyons que la résurrection viendra; à quoi sert la résurrection si nous abandonnons la croix ?
-Mais vous êtes exposées?
Sr Jocelyne: ''Nous avons eu des alertes de Daech, comme s’ils avaient pour plan de prendre le couvent. Ils veulent effacer la présence chrétienne dans la région. Pendant un an la région a essuyé réglièrement des tirs de roquettes et des explosions. Actuellement la présence de l’armée libanaise et du Hezbollah a éloigné les troupes islamistes à 35 km du couvent.''
-Dans ce contexte périlleux comment les sœurs assurent-elles la bonne gestion de l’école et l’accueil des enfants?
Sr Jocelyne: ''Nous essayons de créer malgré tout une ambiance de sécurité. Que les enfants se sentent chez eux, avec beaucoup de respect les uns pour les autres. Dans les écoles libanaises, il y a des problèmes entre sunites et chiites. Dans notre école, avec une proportion de 90 % d’enfants musulmans et de 10 % d’enfants chrétiens, nous ne rencontrons aucun problème avec les familles.''
-Quel fruit attendez-vous de cette épreuve que vous traversez actuellement?
Sr Jocelyne: ''Jabboulé est l’exemple de ce que nous devons vivre ensemble. Une vie en communion dans laquelle chacun respecte l’autre. C’est ce que nous espérons pour l’avenir du Liban. Nous devons accepter la présence de tous, chrétiens et musulmans; si une pièce du puzzle manque, le tableau n’existe plus.''

Un soutien de 20 ans
En soutenant depuis 20 ans les religieuses de Jabboulé au Liban, les organisateurs de ce moment à Warnach veulent être solidaires de toutes les minorités chrétiennes en Orient, aujourd’hui attaquées, martyrisées, pourchassées dans divers pays dont l’Egypte (10 % de coptes), la Syrie, l’Irak particulièrement. Ils tentent de survivre à la barbarie de l’Etat Islamique… et à l’indifférence de l’occident. Les chrétiens chaldéens (parlant l’araméen, langue du Christ) ont fui Mossoul pour le Kurdistan. Des enfants ont été crucifiés. La guerre civile en Syrie et le califat de Daech livrent aux chrétiens une persécution impitoyable. Enlèvements, assassinats et ce jusqu’en Libye: c’est un véritable génocide.
''L’humanité n’est pas héréditaire'' (Marie Balmary). Il faut toujours recommencer les chemins de vraie tradition, d’éducation et d’éthique.
''Quand il y a vingt ans nous lancions les parrainages des enfants libanais, nous ne pensions pas que l’évolution au Moyen-Orient serait à ce point scabreuse. L’indifférence devant les horreurs perpétrées nous placerait d’emblée du côté des bourreaux.
Si beaucoup ont été Charlie le 11 janvier 2015, que quelques-uns soient Chrétiens d'Orient … pour toujours.''

Philippe Moline

Si vous voulez aider les soeurs de Jabboulé à maintenir leur présence au Liban , vos dons sont bienvenus, ils peuvent être versés au compte BE75-0011-3292-6351 « Œuvres paroissiales » à Honville, 2 – 6637 Fauvillers avec la mention ''Jabboulé''.
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse