Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
8/12/2015
La pastorale de l’à-Dieu au crématorium de Ciney
La pastorale du crématorium de Ciney fonctionne depuis trois ans maintenant. En 2012, Mgr Vancottem envoyait en mission cinq laïcs chargés, juste avant l’incinération du défunt, d'adresser un message chrétien. Arrivé à échéance, le mandat de l’équipe est renouvelé.
Jacques Stoquart (photo) est membre de la pastorale du crématorium de Ciney. Il dresse un premier bilan du travail accompli par l'équipe. ''Au mois de juin 2012, Mgr Warin nous proposait, à Mme Catherine Kervyn et à moi-même, de constituer une petite équipe de chrétiens et chrétiennes qui accepteraient de répondre aux demandes des familles souhaitant une intervention chrétienne juste avant l’incinération de leur défunt au crématorium de Ciney, qui allait s’ouvrir quelques semaines plus tard. La conférence des évêques de Belgique avait en effet souhaité que ce soient des laïcs qui prennent ces demandes en charge, le crématorium ne pouvant se substituer aux églises pour des célébrations liturgiques sensu stricto. La première surprise passée – je n’avais, quant à moi, jamais imaginé qu’un jour quelqu’un pourrait me solliciter pour une telle mission, alors que le ''domaine'' très spécifique de la mort et de tout ce qui l’accompagne ne m’était en rien familier – Mme Kervyn et moi nous sommes concertés et avons décidé de tenter l’aventure.
Nous avons consulté nombre de personnes susceptibles de jouir des indispensables capacités et disponibilité, pour arriver, à la fin du mois de septembre 2012, à constituer une petite équipe de cinq personnes qui comprenait, outre Mme Kervyn et moi: Monique Braconnier, Adèle-Marie Halloy et Jacques Massart. Nous avons réfléchi ensemble à la façon de nous y prendre et au contenu de nos interventions. Et début octobre 2012, Mgr Vancottem nous ''envoyait en mission'' au cours d’une messe à la cathédrale, nous remettait un mandat écrit pour une durée de trois ans et nous autorisait à bénir le corps des défunts.
Nous nous sommes répartis les ''journées de garde'' (le crématorium fonctionnant six jours par semaine) et avons ''inauguré officiellement notre fonction le 19 novembre 2012. Trois ans se sont écoulés depuis notre entrée en fonction et, lorsque notre mandat est venu à expiration au mois de novembre, nous avions presté quelque 500 interventions. Voilà pour les données factuelles.''


De réels motifs de satisfaction
''Que dire à présent du ''ressenti'' des membres de la petite équipe? Des rencontres presque trimestrielles organisées par et pour l’équipe, il ressort avec évidence que tous sont vraiment, réellement, très heureux de faire ce qu’ils font. Les raisons en sont multiples:
- Nous rencontrons un public quantitativement très variable (de 1 à 120 personnes, avec une moyenne qui peut être estimée à un minimum de 20 personnes) et très mélangé au plan des convictions: chrétiens pratiquants, chrétiens non pratiquants, indifférents, agnostiques, athées, personnes parfois hostiles à l’Eglise et à la religion pour les raisons les plus diverses.
- Nous avons loisir de rappeler (ou d’apprendre) brièvement, mais de façon aussi nette et percutante que possible, aux hommes, aux femmes, et parfois aux enfants qui constituent le public, l’Espérance chrétienne dans la vie éternelle, et ce qui la fonde.
- Nous avons aussi le bonheur de prier et d’inviter l’assemblée à prier avec nous pour le (la) défunt(e), sa famille et ses proches, et à nous unir à la prière universelle de l’Eglise. Et nous convions ceux qui le souhaitent à réciter avec nous à haute voix les prières bien connues du Pater et de l’Ave Maria.
- Enfin, nous bénissons le (la) défunt(e), en expliquant le sens de cette bénédiction.''


Le pouvoir de semer la Bonne Nouvelle
''Il arrive que certaines personnes, au sein du public, montrent de façon assez explicite mais toujours courtoise, que le caractère religieux de notre intervention ne les concerne en rien. Mais cette attitude change souvent au cours de l’intervention: peut-être parce qu’elles se disent qu’un jour, proche ou lointain, elles se retrouveront dans un tel lieu pour des raisons similaires, sauf que ce seront alors elles qui, leur vie ayant pris fin, seront dans le cercueil. Et qu’il pourrait dès lors être intéressant, sans engagement aucun, d’écouter quelqu’un dire ce qui fonde sa foi et son Espérance en une vie éternelle.
Ajoutons – la chose a quand même son importance – que les relations de chacun des membres de l’équipe avec l’ensemble du personnel du crématorium (ainsi qu’avec les employés des diverses entreprises de pompes funèbres), sont des plus amicales. Et nous leur sommes, à tous, très reconnaissants de leur si cordial accueil.
Notre évêque nous a donné de pouvoir semer la Bonne Nouvelle et l’Espérance chrétienne à la volée, dans des publics disparates. En trois ans, nous avons ainsi pu adresser un message chrétien à plus de 10.000 personnes. Dans ces ''terrains'', il y a comme toujours des parties caillouteuses, des ronciers, des terres stériles, et des terreaux fertiles. Nous les ensemençons tous de notre mieux, et c’est le Seigneur lui-même qui fera germer nos grains et leur fera donner leur fruit, selon sa Providence.
Chrétiens heureux de pouvoir servir le Christ de cette manière, nous sommes tous les cinq très heureux de ''rempiler'' pour un nouveau terme de trois ans!''

Jacques Stoquart
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse