Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
5/7/2015
Réouverture partielle de la basilique de Saint-Hubert
Le 24 juin dernier, le bourgmestre de Saint-Hubert ordonnait la fermeture de la basilique de Saint-Hubert pour des raisons de sécurité. Une fermeture qui faisait suite à un courrier de l’Institut du Patrimoine wallon (IPW) indiquant le risque de chute de pierres dans le bâtiment. Aujourd’hui, la fermeture de l’édifice est levée. Du moins partiellement. Le doyen de Saint-Hubert, l’abbé Philippe Goosse, revient sur la situation.
M. le doyen Goosse (photo), quand et comment avez-vous été mis au courant de la fermeture de la basilique?
C’était il y a une grosse semaine. J’ai reçu un coup de fil du bourgmestre me disant qu’il venait de recevoir un avis de l’IPW selon lequel les basses nefs de l’édifice n’étaient plus sécurisées. Il y avait danger potentiel et le bourgmestre venait m’annoncer que la basilique allait être fermée.

Comment avez-vous réagi à cette annonce?
Ce fut un mélange de déception et d’incompréhension. Pour moi, l’IPW n’avançait aucun nouvel élément objectif. On sait très bien que la basilique est mal en point à certains endroits, mais quoi de neuf par rapport à une situation qui est bien connue? Il n’y a pas eu de nouvelle chute de pierres ces derniers temps. En outre, un auteur de projet vient d’être désigné, dont le but sera précisément de faire un check-up complet du bâtiment: électricité, stabilité, état des pierres. Attendons son rapport. Pour moi, cette décision de fermeture ne se justifiait pas.

On dit que vous avez fait sonner le glas pour manifester votre mécontentement?
Oui, il faut connaître le personnage (rires). Peut-être que je ne l’aurais pas fait ailleurs, mais ici, à Saint-Hubert, c’est un peu comme avec Don Camillo et Peppone. J’ai fait sonner le glas vendredi dernier, à 15h, pour signifier la mort de la basilique. Il faut dire que de nombreuses personnes étaient rassemblées sur la place. Elles souhaitaient entrer à la basilique mais la commune en avait fait interdire l’accès. J’étais meurtri et c’est pour cela que j’ai pris la décision.

Point positif, depuis ces derniers événements, la basilique a rouvert. Du moins partiellement.
Oui, la commune a demandé que le filet de soutien de la nef centrale soit consolidé. C’est ce qui a été fait. Nous avons aussi installé des barrières afin d’interdire l’accès des visiteurs et des fidèles aux basses nefs et au déambulatoire.

Quelles sont les perspectives? Vous gardez l’espoir?
En tout cas je garde la foi et j’ai demandé à mes paroissiens de prendre le ''casque de la foi'' pour venir à la messe. Pour le reste, j’espère que les choses vont suivre leur cours. On annonce le peignage prochain des pierres des basses nefs. Ce qui consiste à identifier les pierres en mauvais état et procéder à leur enlèvement. J’espère que tout sera en ordre pour les fêtes de la chasse en automne. Dans l’immédiat, le concert de ce samedi qui devait se tenir dans le cadre du Juillet Musical sera délocalisé au WEX de Marche-en-Famenne.
Propos recueillis par A.S.
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse