Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
19/6/2015
Un lifting pour la chapelle saint Antoine à Couvin
La chapelle saint Antoine à Couvin vient d'être entièrement restaurée. Un travail très réussi qui a pu être apprécié par chacun lors d'une célébration qui s'est déroulée dans l'émotion mais aussi la ferveur. Cette chapelle fait partie du paysage des Couvinois depuis le 19eme siècle. Et déjà sa construction a demandé bien de l'énergie. M.Pierre Uhlig propose l'historique de la construction de cette chapelle.
La chapelle du Fond de l’Eau a été construite pour les paroissiens du sud de Couvin. Dans les archives paroissiales on retrouve les écrits du doyen de l’époque. Voilà ce qu’il écrit: ''Vu l’éloignement de l’église paroissiale, un certain nombre d’habitants du Fonds de l’Eau, en hiver et par le mauvais temps, se dispensait d’assister à la messe le dimanche. Ils ne suivaient guère les instructions données à l’occasion d’une mission, jubilé ou préparation à l’adoration, au grand détriment de leurs devoirs religieux. Plusieurs fois dans ces circonstances extraordinaires on alla prêcher dans une maison particulière, soit chez M. Antoine, soit chez M. Claude.
On se dit que si ces gens avaient une église qui fût leur, ils seraient plus assidus à la messe le dimanche. On cherchait le moyen d’aboutir mais survint la question scolaire qui absorba nos modestes ressources. Il fallait bâtir des écoles, entretenir des maîtres et maîtresses et l’église des bois fut remise à des temps meilleurs.
Les besoins spirituels de cette partie de la paroisse se faisaient de plus en plus sentir. On devient audacieux quand on compte sur la Providence dans une œuvre entreprise pour la gloire de Dieu et le bien des âmes.
Nous lançâmes une boule de neige, celle-ci grossit si bien qu’elle nous procura sept mille francs. Le gouvernement et la province intervinrent ensemble pour 2/5 de la dépense qui était évaluée à 20.000 francs; on parvint à la couvrir entièrement. Le plan de la chapelle est l’œuvre de M. Van Gheluwe<1> architecte à Namur. L’entrepreneur fut M.Stassin de Beauraing. Par un acte passé chez le notaire Gougnard le 5 avril 1897, la fabrique a acquis une parcelle à M. Joseph Antoine taillandier pour la somme de 1500 francs.
Nous parvînmes à meubler notre chère chapelle. L’autel est de M. Vermeylen de Louvain. Il convenait aussi de la polychromer, pour cela il fallut trouver 1500 francs. C’est l’œuvre de M. Jaumontau de Namur.
Une vive opposition fut faite à l’érection de cette chapelle par nos meneurs libéraux.
On voulut d’abord nous imposer un alignement qui n’existait pas dans les Fonds de l’Eau. Après bien de démarches inutiles, auprès du Conseil Communal pour obtenir que cet alignement fût indiqué, on se mit à l’œuvre. De là intervention du garde de ville, procès verbal de citation devant le juge de paix qui rendit un arrêt de non lieu.
Une quatrième cloche de petite dimension appendue au clocher de Couvin n’était jamais mise en branle ne s’harmonisant pas avec les trois autres. Le Conseil de fabrique, après avoir pris l’avis de M. le gouverneur, décréta qu’il y avait lieu de faire transférer cette petite cloche à la chapelle des bois. Elle y fût réellement appendue. M. Gouttier intervint et déclara en sa qualité de bourgmestre que si la cloche n’était pas réintégrée, l’auteur du délit serait poursuivi devant les tribunaux.
On prit l’avis de la députation qui décida qu’il fallait éviter un procès.
La petite cloche fût renvoyée au clocher de Couvin où elle continue de dormir, et fût immédiatement remplacée par une cloche venant des fonderies de M. Van Arschot de Couvin.
N’oublions pas de noter qu’un échevin et un conseiller communal de Couvin parcoururent les Fonds de l’Eau faisant signer aux habitants une protestation contre l’érection de la chapelle, affirmant que si le gouvernement donnait un subside pour la chapelle, il n’en accorderait jamais pour une école que ces bonnes gens attendent depuis si longtemps.
En avril 1948 le Conseil de fabrique, considérant l’urgence de réparations d’entretien à effectuer à la toiture et le remplacement nécessaire des gouttières et descendes, décide de recourir à un crédit supplémentaire de 6310 francs.
Ce crédit est rejeté par le Conseil Communal qui refuse d’intervenir dans l’entretien de la chapelle du Fonds de l’Eau, la députation approuve ce crédit et oblige la commune à le payer.
Ce crédit a été porté à 8069,75 selon la facture de l’ardoisier Honorat Magotteaux.
En 1953 les travaux de réparation des peintures de l’église du Fond de l’Eau sont exécutés par Jean Keymolen pour la somme de 18.600 francs.
En 1956 réparation et consolidation du clocher de l’église du Fond de l’Eau suivant devis de l’architecte Quataert.''

Des remerciements
En l’an 2000, une grande cérémonie avait été organisée avec le doyen de l’époque Monsieur l’abbé Leroy, qui pour l’occasion était secondé de l’abbé Bastin, originaire de Pesche et des vicaires du doyenné. Cette chapelle méritait une restauration. Chose faite à l’initiative de la fabrique d’église et au travail du diacre Hubert. Ce dimanche a été l’occasion pour les paroissiens du Fond de l’Eau mais aussi de tous les paroissiens attachés à leurs églises de retrouver une chapelle de toute beauté. C’est le doyen de Florennes, l'abbé Philippe Masson, originaire de Mariembourg qui a officié avec le doyen Kruch et le diacre permanent. Dans son homélie, le doyen Masson a retracé la vie de saint Antoine et insisté sur son œuvre. Il a félicité la chorale paroissiale et les Troubadours de l'Eau Noire, chorales, sous la direction du Frère André.
Le doyen Kruch a remercié le diacre qui a restauré la chapelle mais aussi celles et ceux qui se sont investis dans la restauration de l’édifice. Après l’Office divin et le pèlerinage, l’assemblée a été conviée à un drink dans les jardins de Champagnat, où les Frères maristes se sont fait un plaisir d’accueillir les fidèles. Notons que les Frères maristes quittent Couvin.
Grand moment d’émotion, lorsque le doyen a remercié les Frères maristes pour ce qu’ils ont fait à Couvin. Seule consolation, Frère André restera à Couvin où il continuera son apostolat à la paroisse en dirigeant les différentes chorales dont les Troubadours de l’Eau Noire.

<1> Van Gheluwe Edouard, architecte de Namur, auteur de nombreux édifices et églises de style néo-gothique du début du XXe siècle, entre autres église Saint Pierre et Paul de Cul-des-Sarts
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse