Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
17/2/2015
Marcel Libioulle, doyen des diacres: ''A l'autel, j'oublie mon âge''
Marcel Libioulle, bientôt 85 ans, se souvient de son ordination diaconale comme si c'était hier. A chaque fois qu'il entend le chant ''J'irai à l'autel du Seigneur. Près du Dieu qui réjouit ma jeunesse'', l'émotion l'étreint. Ce chant a été interprété le jour de son ordination, il y aura bientôt 45 ans! Marcel Libioulle est ainsi le vétéran de la grande famille des diacres du diocèse.
Tout le monde connaît Marcel Libioulle. Une popularité dont le diacre est d'ailleurs très heureux et qu'il doit sans doute non seulement à sa grande gentillesse mais aussi à sa disponibilité. Ordonné diacre en 1970, cela fait près de 20 ans qu'il exerce son ministère diaconal au sein de la paroisse Sainte-Julienne à Salzinnes. Marcel Libioulle y est particulièrement investi dans tout ce qui concerne les funérailles. Il est ainsi présent lors de la préparation avec le curé. Le diacre aime accorder une attention particulière à la famille. ''J'essaie que les personnes vivent sereinement ce moment. Si la famille est très accablée, je reste et j'arrive à l'apaiser.'' Marcel Libioulle met encore un point d'honneur à accompagner le défunt et la famille jusqu'au cimetière. ''C'est important d'être là, de pouvoir réciter une prière. Je choisis de prier la Vierge Marie qui était présente quand Jésus, son fils, est mort sur la croix.'' Et c'est encore lui qui, la veille des obsèques, anime les veillées de prières.

Une vie bien rythmée
Cela fait bien longtemps que Marcel Libioulle ne conduit plus sa voiture alors pour tous les déplacements, il utilise les transports en commun. Un autre moyen pour rencontrer du monde et papoter. Mais ce qu'il préfère par dessus tout, c'est la marche. Peut-être un secret de sa bonne forme.
A moins que ce ne soit sa discipline de vie: ''Je me réveille pour suivre, à la télévision, sur la chaîne KTO, à 6h30, les laudes chantées. A 18h, je récite les vêpres; à 21h30, ce sont les complies et à 22h, je me couche.''
Le soir, il aime prendre du temps pour lire l'information religieuse: il est ainsi un lecteur assidu de la revue Communications. C'est aussi à ce moment qu'il rédige les intentions de prière qui seront lues le dimanche suivant. ''Cela fait maintenant quinze ans que je les rédige. Il paraît qu'elles sont belles.'' Chez lui, pas de place l'ordinateur, Marcel Libioulle privilégie la feuille de papier et le stylo! De sa poche, il sort un papier sur laquelle court une écriture fine, régulière. Ce sont les intentions du dimanche à venir: elles sont déjà prêtes. Au début de son ministère, Marcel Libioulle a été aussi amené à rédiger puis à prononcer des homélies. ''Je les ai conservées toutes.''

''Je crois que j'ai encore 20 ans''
Son ministère passe également par les contacts avec les malades. ''Je vais leur porter la communion. Je rends visite aux familles pratiquantes ou non. Je rencontre aussi ceux qui ont perdu la foi. Mais je suis toujours vigilant: si on discute de la foi elle ne s'impose pas.'' Le diacre est encore présent, à la cathédrale, lors des offices des chanoines... ''Oh, je m'adapte à tout.''
Voilà un agenda bien rempli. Marcel Libioulle précise immédiatement: ''Moi, je n'ai pas d'agenda. Tout est là'' en montrant la tête.
Marcel Libioulle est le doyen des diacres: son ordination diaconale a été célébrée il y aura bientôt 45 ans. ''J'ai eu la chance d'être ordonné alors que mes parents étaient toujours en vie. Je me revois encore partant du fond de l'église d'Hemptinne. Mes parents me suivaient alors que la chorale chantait: 'J'irai à l'autel du Seigneur. Près du Dieu qui réjouit ma jeunesse.' Quand j'entends ce chant, les souvenirs reviennent.''
Marcel Libioulle n'avait pas imaginé devenir diacre. Dans un premier temps, c'est vers la prêtrise qu'il souhaitait se tourner: son souhait n'a pu se réaliser. ''Et quand à l'issue du concile Vatican II, le diaconat a été rétabli, j'ai pensé que cela pouvait me convenir.'' Mgr Charue qui connaissait bien Marcel Libioulle s'est montré intéressé par sa candidature avant de le choisir et de l'inviter à se former.
Marcel travaillait dans l'entreprise familiale, des grossistes en alimentation qui fournissaient des magasins de quartier. Une entreprise installée elle aussi à Hemptinne, dans la région d'Eghezée. ''Je connaissais tous les villages. Je travaillais dans les bureaux mais s'il manquait du personnel pour assurer les livraisons, je partais avec le camion.'' Et c'est dans l'entreprise familiale qu'il va exercer son ministère de diacre. ''J'étais là pour sensibiliser ceux et celles qui avaient pris de la distance avec l'église. J'allais aussi porter la communion aux malades. Et je préparais les jeunes qui allaient se marier. C'était une période très dure car cela venait s'ajouter à mon travail.''
''Je suis content de ma vie'' ponctue Marcel Libioulle Un bonheur qui est encore plus complet lorsqu'il est à l'autel. ''Alors, j'oublie l'âge que j'ai. En fait, je crois que j'ai encore 20 ans'' raconte-t-il dans un éclat de rire. Autre moment de bonheur lorsqu'il assiste aux ordinations de diacre. ''Je suis présent à chaque ordination. Et à chaque fois, je suis très ému lorsque l'évêque, dans un grand silence, impose les mains au candidat. Je repense à mon ordination et j'en ai les larmes aux yeux...''
Christine Bolinne
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse