Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda
Annéee :2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 1999 
 décembre 2009

Monseigneur Léonard, évêque de Namur, aura les honneurs du petit écran. Il est l'invité, ce dimanche 27 décembre, de Pascal Vrebos.
Dès 12h, Mgr Léonard participera, sur RTL-TVi, au débat de Controverse dont le thème est: "Pour l'avenir, quelles espérances". Parmi les autres invités réunis autour de Pascal Vrebos: Albert Guigui, Grand rabbin de Bruxelles; Guy Liagre, Pasteur protestant; Michel Depreay, Président de l'Union bouddhique belge; Baudouin De Charneaux, philosophe - ULB; Pierre Debusschere, Président de l'union rationaliste de Belgique et Mohamed Fatha-Allah, Imam et professeur de religion islamique.
Ce souhait de l'apôtre Paul ( Ph 4,4 ) donne le ton de cette période de l'Avent et du temps de la Nativité. Au cœur de cette période brille cette joyeuse intuition de la foi : le Seigneur vient ! Dieu n'est pas seulement le Tout-Autre, il se fait aussi le Tout-Proche, en Jésus de Nazareth. C'est le mystère de l'incarnation.

La course aux cadeaux a démarré, pour les plus organisés, il y a quelques jours déjà. Pour les autres, le sprint final est lancé. Et dans la précipitation, pas toujours évident d’avoir "LA" bonne idée. Pour vous, nous sommes allés flâner au CDD (Centre de Documentation Diocésain). Vous y trouverez des livres, des cd's… Pas très original tout ça me direz vous, sauf que… "Vous y trouverez des choses qui font du bien explique Sabrina Frate qui gère les lieux, à Namur. La gamme de livres que nous proposons est très large: nous ne sommes pas limités à un seul courant de pensées. Parmi les clients du CDD, il y a bien sûr ceux qui ont une idée précise sur le livre à acheter. Et puis, il y a les autres qui se laissent conseiller. Chez nous, une personne qui cherche un livre pour l’aider, par exemple, à approfondir sa foi ne sera pas gênée de le dire. Meme chose pour ceux qui ont pris de la distance par rapport à la religion et qui veulent lui rendre une place. Ils trouveront ici le livre qui leur convient, ils seront guidés".
Les livres proposés sont sortis, pour la plupart, dernièrement. Il s’agit bien sûr d’une sélection.
Ce dimanche, à l'église de Ham-sur-Sambre, on vous racontera la belle histoire de la naissance de Jésus telle qu'elle est vécue en Afrique. Ce sont les enfants du groupe "Les danseurs minimosas" qui vous feront rêver. Leur spectacle s'intitule: "A la recherche de l' étoile". Ils partent à travers la brousse jusqu'à la découverte de l'étoile, l'enfant Jésus. On ne vous en dira pas plus. La prestation des enfants sera suivie d'un moment musical et vocal avec l'ensemble Yolk Yombe. Ils interpréteront des chants en lingala. Le tout se rapportant bien sûr à Noël.
Habituellement, ce sont les enfants de la localité qui se chargent de raconter l'histoire de la naissance de Jésus. Cette année, ils passent donc le relais à d'autres enfants, de jeunes Africains. Tous font partie, avec leurs parents, de l'asbl Amitié namuroise. Une association qui vise à améliorer l'intégration sociale de jeunes comme d'adultes de cultures différentes. Cela passe, par exemple, par l'organisation de cours de cuisine, de cours de danses africaines...
Karine, Geneviève, Laurence... sont assistantes paroissiales. Une profession qui se décline quasi exclusivement au féminin. Un travail aux formes variées apparu voici quelques années seulement. Aujourd'hui, on pourrait presque dire qu'il y a autant de fonctions différentes qu'il n'y a d'assistants paroissiaux! Beaucoup sont catéchistes, certains prennent en charge les familles lors de la préparation de baptême, d'autres visitent les malades... Ce qui est certain, c'est que tous et toutes sont d'une aide précieuse pour le prêtre. Les assistants paroissiaux de Namur et la Commission des ministères laïcs de Liège se sont retrouvés pour une journée axée sur le thème de la légitimité de leurs fonctions. Mgr Jousten, évêque de Liège et Mgr Warin, évêque auxiliaire de Namur participaient à cette rencontre. Pour accompagner le débat Céline Beraud, une sociologue française qui s'est beaucoup intéressée à ce sujet.

Dans son numéro de décembre, la revue Confluent consacre une part importante à la vie du Diocèse de Namur. On peut y lire un article consacré à l'imposant chantier de mise en lumière qui vient de se terminer à la cathédrale Saint-Aubain, à Namur. L'éclairage est signé Barbara Hediger, une véritable artiste qui peint avec la lumière comme d'autres utilisent leurs pinceaux. Extrait de cet article: "La mise en lumière éveille les formes de façon apaisante. Les arcades se succèdent avec douceur. Les grandes orgues sont un énorme bijou posé dans l'écrin du jubé dont la balustrade illuminée scintille comme un diadème".
A lire encore un dossier concernant le 450eme anniversaire du Diocèse de Namur. Un anniversaire qui sera célébré durant 18 mois. Quelques moments forts y sont précisés. Un tel anniversaire, c'est également l'occasion de se plonger dans l'histoire. Vous y apprendrez que le Roi Philippe II d'Espagne est à l'origine de la création de notre diocèse. Un moment d'histoire illustré par une aquarelle signée du général de Howen. Au début du 19eme, il a représenté la place Saint-Aubain. Rien n'a vraiment changé... si ce n'est les calèches et les chevaux qui ont laissé la place à d'autres voitures. Pour ce numéro de fêtes, Confluent vous offre encore un conte de Noël aux inspirations namuroises, "L'adoration des mages".
Cette jolie affiche "Noël dans la cité" est en vente depuis quelques jours maintenant dans différentes paroisses de Namur ou encore au CDD (Centre Diocésain de Documentation). Et elle a du succès! Cette année, c'est un Bougeois, Gérard Stuckens qui l'a dessinée. Cette ville enfouie sous la neige est née de son imagination et de ses crayons. A l'avant-plan, un enfant rayonnant, l'enfant Jésus. En apposant cette affiche à votre fenêtre non seulement vous donnerez un air de fête, bien dans l'esprit de Noël, à votre maison mais vous réaliserez encore une bonne action. Cette affiche est vendue au prix de 2 euros. Le produit de la vente va directement à "Noël dans la cité".
"Noël dans la cité" est une initiative très ancienne que l'on doit à des prêtres namurois. Dans l'immédiat après-guerre, les prêtres étaient très sollicités. Des personnes devant faire face à de grandes difficultés financières venaient sonner à la porte des presbytères. Le plus souvent le prêtre donnait du charbon.
Objectif: faire mieux que les 274.250 euros récoltés en 2008. Ce week-end des 12 et 13 décembre, Vivre Ensemble vous invite à être généreux lors de la traditionnelle récolte de fonds qui se déroulera dans les différentes églises de Wallonie et de Bruxelles. L'argent soutiendra le travail d'associations qui luttent contre l'exclusion et la pauvreté en permettant notamment un meilleur accès aux soins de santé.

Après avoir servi l’Archidiocèse trente années durant, la démission du Cardinal Godfried Danneels comme archevêque de Malines-Bruxelles sera bientôt acceptée.
L’Archevêché de Malines-Bruxelles veut marquer ce départ par trois célébrations d’actions de grâce et de remerciement que le Cardinal présidera.
La Famille Marie-Jeunesse a donné les deux premières représentations de son spectacle "Le train de la sainteté" dans le cadre du 450ème anniversaire du diocèse.
A la salle du Foyer communal de Gembloux et quelques jours plus tard à la salle communale de Seilles, ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont pris place dans le train "Saint-Aubain". Sous la bonne compagnie du contrôleur qui n’était autre que Dom Marmion, ils sont partis à la découverte de la générosité de Marie-Martine Bourtonbourt, fondatrice des Sœurs de la Charité de Namur, et de l’abbé Joseph André que de nombreux Namurois ont bien connu. Après la pause, l’aventure les a menés à la rencontre du bon sourire de Mère Julie Billiart, et, après une halte dans la classe de garnements du Frère Mutien-Marie, ils sont partis aux îles Fidji dans la magnifique mission du Père Lejeune de Petitvoir… sans oublier Claire, la jeune passagère du train qui, avec un talent exquis, nous remettait si bien devant le questionnement des jeunes – et moins jeunes – d’aujourd’hui. Danse, chant, chorégraphie, jonglerie, dialogues profonds alternant avec l’expression vivante de groupes: une diversité remarquable qui a rendu ce voyage bien agréable.
C’est à un spectacle de théâtre-action que toute l’équipe de Vivre Ensemble vous convie. Un spectacle qui aura lieu ce lundi 7 décembre, à 20h, à la salle du Cinex à Namur. “Le ressort” c’est le titre de cette pièce présentée par la troupe de l'atelier des Grains de Sel.
On lève un coin du voile sur cette soirée... Une scène vide. Au centre: un abribus. Le décor est planté. Point central d’un quartier populaire où des solitudes se croisent et se décroisent. Un ancien ouvrier à la chaîne, une aide-ménagère débordée, un petit paysan qui a lutté contre les OGM au Brésil, une femme qui cherche l’amour sur internet, une autre qui habite un appartement insalubre…
Des chants que nous avons tous en mémoire et que l'on entonne toujours avec plaisir... Les organisateurs de "Noël dans la cité" ont réuni pas moins de 800 personnes en proposant ce cocktail chantant à des Namurois enthousiastes. Le concert avait lieu à l'église Saint-Loup. Les 600 places prévues ont été très rapidement occupées. Les organisateurs ont alors fait preuve d'initiative pour "caser" les 200 autres amateurs. La moindre chaise et même les prie Dieu ont été réquisitionnés.
Ce concert était proposé par diverses chorales de paroisses namuroises. Elles avaient mis à leur répertoire des chants profanes, religieux... Daniel Schmit, le chef de choeur, a séduit le public par son dynamisme. Il a amené, même les plus timides, à chanter. Il en a aussi profité pour donner quelques explications musicales. Bref un beau moment qui devrait être reconduit l'année prochaine. Et en plus, c'était pour la bonne cause. L'argent de cette manifestation sera versé directement au Centre service social de Namur qui vient en aide aux plus démunis.
 novembre 2009

Pour la première fois accessible intégralement sous sa forme électronique (www.knohowsphere.net ou www.biblewww.net) avec un puissant moteur de recherche, voici la 3e édition du Dictionnaire Encyclopédique de la Bible (D.E.B.), publié partiellement sous forme imprimée par Brepols en 2002.
Ce dictionnaire est LA référence scientifique pour le domaine biblique dans les pays francophones. Il a été réalisé, puis révisé, par les meilleurs spécialistes de chaque sous-domaine des sciences bibliques: personnages de la Bible, livres de la Bible et leur histoire, manuscrits, textes originaux, traductions anciennes et modernes, archéologie, institutions, géographie, méthodes exégétiques, chercheurs, bibliographies...
Mère Marie-Gérard Allard vient de mourir. à l'âge de 76 ans. Originaire de Jamoigne, elle était entrée comme moniale cistercienne à l'abbaye de Cordemois (Clairefontaine), il y a 45 ans maintenant.
Cette religieuse profondément aimée des membres de sa communauté y a été Abbesse de 1983 à 2008.
Depuis plus de 28 ans, le Cardinal Danneels adresse un message pastoral à l’occasion de chaque fête de Noël et de chaque Triduum pascal. Avec ce Noël 2009, il publie aujourd’hui sa dernière brochure. Le sujet en est l’espérance. A la veille de son départ comme archevêque, le cardinal jette un regard confiant sur l’avenir. L’espérance est peut-être bien pour notre temps la plus importante des vertus divines. Certes notre temps nous donne pas mal de motifs de désespoir, mais il nous donne bien davantage de motifs d’espoir. Dans tous les secteurs de la société – et plus encore en Église - jaillissent des germes de vie nouvelle, d’espérance. Il est donc temps de retrousser les manches, car rien ne germe qui n’ait été semé d’abord.
La brochure sera disponible à partir du 14 décembre.
Le dimanche 29 novembre prochain, les Sanctuaires de Beauraing fêteront le 77ème anniversaire des apparitions de la Vierge au Coeur d'Or à cinq enfants de Beauraing, du 29 novembre 1932 au 3 janvier 1933.
C'est en effet du 29 novembre 1932 au 3 janvier 1933, que cinq enfants de Beauraing ont été témoins, à 33 reprises, des apparitions de Notre-Dame. Après bien des réticences et des oppositions, la véracité de leurs dires fut, en conclusion d'une enquête rigoureuse, reconnue par l'autorité diocésaine: le culte fut autorisé en 1943, et le caractère surnaturel des faits reconnu en 1949. Dès le début, les pèlerins affluèrent aux pieds de "Notre-dame au Coeur d'Or", sous l'Aubépine, en réponse sa demande. "Que l'on vienne ici en pèlerinage!".
C'était un sacré défi et les "Luxembourgeois" l'ont relevé avec panache. Une équipe soutenue par tous les doyens de la province du Luxembourg vient de sortir un magazine. Son titre: LUX +. Ce magazine de 16 pages poursuit un double objectif: montrer que les Luxembourgeois savent se mobiliser pour mener à bien des projets mais aussi que la vie des chrétiens, dans le sud du pays, est riche. Ce magazine consacre une large place aux témoignages. Il sera suivi d'un deuxième numéro annoncé pour le printemps 2010.

Comment mieux se plonger dans l'ambiance de Noël qu'en participant à un concert qui mettra à l'honneur ces chants qui nous font tellement chaud au coeur. Les bénévoles de "Noël dans la Cité" vous donnent rendez-vous ce dimanche 29 novembre, à 15h, à l'église Saint-Loup, à Namur, pour un concert qui sera exceptionnel.
Ce sont 200 choristes issus d'une vingtaine de chorales namuroises qui se produiront sous la baguette de Daniel Schmidt. Ces chorales paroissiales appartiennent aux doyennés de Namur, Jambes et Saint-Servais. Depuis plusieurs semaines, tous ces passionnés ont fourni un énorme travail pour vous présenter un concert qui mêlera des chants traditionnels, classiques, liturgiques et profanes.
Chaque année depuis 1985, les prêtres des diocèses de Namur et Reims se rencontrent fraternellement pour échanger sur leurs expériences pastorales.
Ce mardi 24 novembre et pour la sixième fois, cette réunion se tenait à Beauraing ; 40 prêtres, 16 français et 24 belges, quelques assistants pastoraux -avec une visite de Mgr Warin pendant dans l’heure de midi- étaient réunis au Castel-Sainte-Marie, élégante résidence qui domine Beauraing, propriété de l’asbl Pro-Maria gérante des Sanctuaires (voir photo).
Quand on demande à l'abbé Christian Florence qui il est, il éclate de rire. Puis, la réponse fuse: "Je suis un petit chou de Bruxelles!" Ce Bruxellois d'origine ne quitterait plus aujourd'hui Namur, sa capitale d'adoption. A 65 ans, l'abbé Florence se prépare à dire au revoir à sa paroisse, la paroisse Sainte-Croix à Saint-Servais: il va occuper les fonctions de Vicaire épiscopal. L'abbé Florence devient ainsi un collaborateur direct de l'évêque dans la gestion du diocèse.

Patrick, Jean-François, Lucie... font partie de la Famille Marie Jeunesse (FMJ), une communauté religieuse. C'est au Canada et plus précisément au Québec que cette jeune communauté a vu le jour. Aujourd'hui, elle a des auberges réparties un peu partout dans le monde. L'une d'elles se trouve à Ciney. Ces jeunes religieux, dont plusieurs sont encore en formation, s'occupent notamment d'évangélisation. Ils ont aussi une âme d'artiste même s'ils ne sont pas des professionnels. A la fin de ce mois, les 26 et 28 novembre, ils présenteront, à Gembloux et à Seilles, "Le train de la sainteté". D'autres représentations auront lieu, en février, à Arlon et à Bastogne.

D'ici la rentrée de septembre 2010, deux hautes écoles de notre région auront fusionné. Il s'agit de la Haute Ecole Blaise Pascal d'Arlon et de la Haute Ecole de Namur. En septembre prochain, on parlera donc de la Haute Ecole Louvain Sud, en abrégé "Louvain Sud". Cette appellation marque la volonté des directions de se rapprocher du Pôle Louvain qui regroupe déjà diverses écoles supérieures.
Depuis deux ans, les directions de ces établissements travaillaient ensemble en vue d'un rapprochement. C'est aujourd'hui chose faite puisque la rédaction de la proposition de fusion va démarrer dans les prochains jours. Ce projet de fusion s'inscrit dans le cadre de l'élargissement de l'espace européen de l'enseignement supérieur et de ses applications décrétales en Communauté française. Le but est aussi, au niveau des régions, de proposer un enseignement supérieur de qualité. Un enseignement qui doit également répondre aux réalités socio-économiques des provinces où ces deux institutions sont implantées.
Il y a quelques jours, l’équipe Entraide et Fraternité-Vivre Ensemble Luxembourg s’est retrouvée à Bertrix. Les membres ont évoqué, avec émotion, l’excellent travail mené pendant 8 ans par Frédéric Struys. Ils ont aussi salué, sa remplaçante, Amandine Henri.
Que ce soient les doyens d’Arlon, La Roche et Messancy, d’actuels et d’anciens membres ou encore de nombreux bénévoles d’Entraide, tous ont témoigné du plaisir qu’ils ont eu à collaborer avec Fred. Ils ont souligné sa compétence, son dynamisme, son naturel, son humour et sa gentillesse.
A l'occasion de la Fête du Roi, à Namur, comme partout non seulement dans le diocèse mais aussi dans le pays, le Te Deum a été chanté. En l’absence des évêques, c'est l’archiprêtre, le chanoine Huet qui a accueilli, à la cathédrale Saint-Aubain, le gouverneur de la province de Namur, le commandant militaire de cette même province de Namur, le bourgmestre de la ville mais aussi les représentants du monde judiciaire, de nombreuses associations d'anciens combattants, des scouts et tous ceux et celles qui voulaient rendre hommage au Roi.
Dans une brève homélie, l’archiprêtre a souligné la chance que nous avions de vivre, aujourd'hui, dans un pays en paix même, ajoutera-t-il, "s’il est quelques fois secoué par des soubresauts communautaires".
Quel est pour vous le plus beau jour de votre vie? Posez la question autour de vous et vous constaterez que parmi les réponses les plus citées, votre interlocuteur donnera le jour de son  mariage et celui de la naissance de ses enfants. Au fil des années, il arrive pourtant que cette belle aventure à deux vire au cauchemar. Crise, séparation et souvent divorce autant d'épreuves traversées par beaucoup d'entre nous. A l'initiative de la Pastorale Familiale diocésaine, Monseigneur Léonard a rencontré ces chrétiens dont la vie matrimoniale a été chamboulée, il  a voulu leur donner un message d'espoir:  "Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver même ce qui était perdu."

Déborah, Lucas et une dizaine d'autres ados se préparent à recevoir le sacrement de confirmation. Leur préparation s'échelonne sur deux années voilà qui est plutôt original. Au programme, notamment, une série de rencontres. Il y a quelques jours, les jeunes ont fait connaissance avec Emilie. Cette jeune Namuroise est infirmière. Elle a travaillé en Afrique. Aujourd'hui, c'est à Bruxelles qu'on la retrouve. Elle fait partie de l'association "Infirmiers de rue". Chaque jour, elle va à la rencontre des SDF, des personnes en grande détresse. En soignant les petits bobos du corps, elle arrive à soigner les plaies de l'âme. Une sacrée leçon pour les enfants.

Soeur Maria Domenica  De Gori vient de s'engager par les voeux perpétuels dans la Congrégation des Soeurs de la Charité. Une étape logique, dans l'ordre de la foi, pour cette jeune femme de 42 ans.  A 16 ans, elle a senti, selon son expression "qu'elle voulait se donner à Dieu". "Mais les premiers signes ont commencé avec ma communion, à 8 ans. Le moment de la Consécration était fort pour moi; le calice offert par le prêtre prenait tout mon petit être qui ne comprenait rien. J'avais envie de participer souvent à la messe." Elle quittera sa Calabre natale  pour poursuivre ses études à Rome et accompagner les personnes handicapées. A Rome où elle passera plusieurs années puis aujourd'hui à Namur, cette psychologue de formation vient en aide aux plus démunis. La  mission reçue elle l'exerce au Foyer Sainte-Anne,  elle accompagne les personnes âgées, les malades jusque dans la mort. Demain, Soeur Maria Domenica se verrait bien vivre au Congo, au Brésil... "Là, la pauvreté est aussi  économique. Je pourrais faire ce que Dieu voudra ce qui compte c'est de mettre ses pas dans ses pas. Je ne cherche pas la carrière mais de servir avec amour."

 octobre 2009

Les évêques de Belgique ont décidé de consacrer cette année 2009-2010 à une réflexion sur le Credo, proclamé chaque dimanche lors des assemblées eucharistiques.
Pour nous aider dans cette réflexion, plusieurs documents ont été édités.
Ce sont tous des passionnés. Des hommes, des femmes qui aiment chanter. Cet amour du chant, ils le mettent au service de leur paroisse. Plusieurs fois par an, "Paroisses chantantes" leur offre la possibilité d'étoffer leur répertoire. Pendant quelques heures, ils découvrent de nouveaux chants destinés à accompagner la liturgie ou encore les baptêmes, professions de foi, confirmations... Des spécialistes du chant sont là pour les aider à se les "approprier". Une de ces sessions vient de se dérouler en l'église de Marloie. Une centaine de personnes étaient présentes dont une qui venait de Comines. La passion du chant se joue des kilomètres!
Si vous avez manqué ce rendez-vous, sachez qu'une nouvelle session aura lieu le samedi 6 février en l'église d'Assesse, cette fois. De 13h30 à 17h, vous travaillerez des chants sur le thème "Des chants pour célébrer la foi."
Ils en sont restés bouche bée! Le spectacle était partout à la fois: à ne plus savoir où poser les yeux. L'orgue de la cathédrale Saint-Aubain de Namur sort de la pénombre donnant l'impression qu'il flotte dans les airs. Puis, c'est le maître autel qui s'illumine... Ces moments d'une grande beauté on les doit à une magicienne de la lumière, Barbara Hediger. Pas besoin d'un subtil lifting ou d'une rénovation en profondeur pour rendre vie à cette vénérable "vieille dame": un éclairage tout en finesse aura été suffisant. Barbara Hediger a réussi à valoriser ce bâtiment non seulement inscrit sur la liste du Patrimoine exceptionnel de Wallonie mais aussi un des plus visités de Namur.

La messe dédidée à saint Hubert est toujours particulière. Celle qui a été célébrée dimanche, à Namur, à la cathédrale Saint-Aubain n'a pas dérogé à la tradition. Il s'agit d'abord d'une messe sonnée. La prestation des Disciples de Saint-Hubert de Namur en a fait frissonner plus d'un. Il y a aussi eu quelques aboiements et quelques pleurs! Ce jour-là, nos amis à quatre pattes sont admis dans l'église. Rassurez-vous, dans l'ensemble, tout le monde s'est bien tenu.
La lecture de ce dimanche, un extrait de l'Evangile de saint Marc, faisait écho à la confiance que Bartimée a mis dans le Seigneur. Aveugle, il lui a demandé la guérison et il l'a obtenue. Dans son homélie, le Chanoine Huet, curé de la paroisse, a insisté sur cette confiance que nous devons avoir en Jésus. Il a aussi fait, saint Hubert oblige, un prallélisme avec cette confiance que les animaux accordent spontanément à leurs maîtres. Ils dépendent de nous pour les caresses et le bol de croquettes!
Michel Libert n'a qu'un espoir: que tous ceux et celles qui seront présents ce dimanche, en l'église d'Hastière-par-Delà, partagent son bonheur. Ce 25 octobre, à 15h, il sera ordonné, par Monseigneur Warin, évêque auxiliaire de Namur, diacre permanent. Une étape de plus dans la vie de cet homme impliqué depuis toujours dans la vie de l'église. "Etre ordonné diacre, c'est un nouvel élan dans ma foi" proclame-t-il haut et fort.

L'opération "Paroisses chantantes" s'adresse aux chorales constituées et à tous ceux et celles qui ont envie d'en apprendre plus sur les chants qui accompagnent la liturgie, les baptêmes, professions de foi.... Pas besoin d'être professionnel pour participer. L'idée est de permettre aux chorales d'adapter leur répertoire, de le renouveler toujours avec l'objectif d'aider, par le chant, les fidèles à approfondir leur foi.
Lors de chaque édition de "Paroisses chantantes", les participants reçoivent un carnet avec des chants (coût: 5 euros) mais aussi des partitions. Le prochain rendez-vous est pour ce samedi 24 octobre, de 13h30 à 17h, en l'église de Marloie, une quinzaine de chants seront décortiqués avec l'aide de professionnels. Chacun des participants doit pouvoir s'y retrouver ou plutôt y retrouver sa paroisse. A tel endroit, l'église est fréquentée majoritairement par des familles et de jeunes enfants: il faut des chants rythmés. Ailleurs, les fidèles ont du mal à donner de la voix. Pas question donc de les rebuter avec un répertoire trop ardu... L'équipe qui s'occupe de "Paroisses chantantes" l'a bien compris en concoctant un livret aussi étoffé que diversifié. Pour que les chorales puissent choisir les chants à bon escient, des commentaires très courts seront donnés au cours de cette rencontre.
Présent la semaine dernière à Rome pour la canonisation du Père Damien, Monseigneur Léonard, évêque de Namur, était ce dimanche à la basilique de Koekelberg. Avec les autres évêques de Belgique, il entourait le cardinal Danneels pour une messe d'action de grâce. De nombreux représentants de nos paroisses avaient fait le déplacement pour cet hommage national.

Massées sur la place Saint-Pierre ou encore confortablement installées devant leur écran de télévision, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont assisté, depuis Rome, à la canonisation du Père Damien. Monseigneur Léonard, évêque de Namur et Monseigneur Warin, évêque auxiliaire de Namur faisaient partie de la délégation belge. Alors que la basilique de Koekelberg se prépare à une célébration d'hommage dédiée à l'apôtre des lépreux, ce sera ce dimanche 18 octobre, ils racontent comment ils ont vécu ce grand moment pour tous les chrétiens.

Visiteur de malades: celui qui est toujours là quand on souffre

Lors du dernier rassemblement annuel des pèlerinages diocésains à Beauraing, une messe solennelle a été célébrée ce dimanche 4 octobre à 15h00 au Sanctuaire par Monseigneur A-M Léonard, en présence d’une douzaine de prêtres et d’un millier de personnes.
L’évangile de ce dimanche centré sur l’indissolubilité du mariage offrit à Mgr Léonard l’occasion de rappeler la grandeur et la beauté de l’amour conjugal et de la famille. Et de redire la tendresse particulière de Jésus pour tous les blessés de la vie, divorcés, divorcés-remariés, orphelins, etc…. « Jésus accueille ces personnes avec une immense tendresse. Il sait ce que sont la solitude, la détresse, la souffrance et la misère du cœur humain. Il est capable de nous rejoindre quelque soit notre état de vie. Quel que soit cet état, il existe un chemin de sainteté, de vérité et d’amour pour chacun d’entre nous. Le ‘métier’ de Dieu est de faire des saints avec de pauvres pêcheurs. Et l’Eglise est là pour nous conduire vers le but ultime de notre vie ».
 septembre 2009

Mercredi 16 septembre, les étudiants séminaristes ont fait leur rentrée officielle au Séminaire de Namur, marquée à 16 heures par la séance académique au Studium Notre-Dame et la célébration de la messe du Saint-Esprit que présidait Mgr Léonard à 18 heures.
Ce matin 17 septembre, les futurs prêtres du diocèse de Namur ont repris le chemin des salles de cours. Dès hier, professeurs et étudiants, s'étaient retrouvés pour l'ouverture de l'année académique.
 juillet 2009

Ce dimanche 12 juillet a eu lieu la solennité et le pèlerinage annuel de Notre-Dame de Grâce de Berzée, ainsi qu’en cette année 2009 le centenaire de cette dévotion. Le culte de cette sainte image remonte au Vénérable Dominique de Jésus-Marie, vicaire général des Carmes-Déchaussés à Rome, qui la découvrit en 1609 dans des décombres où elle gisait. En signe de gratitude, la Sainte Vierge inclina vers lui la tête en disant « ceux qui auront une vraie dévotion pour mon image seront récompensés par des grâces et faveurs signalées ». Puis Elle fit la promesse de s’employer efficacement à exaucer les voeux qui lui seraient adressés en faveur des âmes du Purgatoire.
C’est en 1909 que l’image de Notre-Dame de Grâce séjourne à Berzée le temps d’une neuvaine. Les grâces obtenues furent si nombreuses que l’on vit là le désir de Marie d’être honorée en ce lieu. Notre-Dame de Grâce de Berzée devint très célèbre dans toute la Belgique et même au-delà des frontières du pays. Elle est très vite reconnue comme celle qui guérit, comme en témoigne une multitude d'ex-voto qui recouvrent l'église du village. Aujourd’hui, il ne se passe pas un jour sans que des pèlerins viennent se recueillir devant l’image avec une profonde confiance et dévotion.
Sans conteste, ce fut une belle journée, réussie, comme on dit. L’assemblée liturgique, lors de la Messe Solennelle, était, et un samedi de pleines vacances, bien plus nourrie qu’aux célébrations du dimanche de l’année. On ne compte donc pas tous ceux qui ont voulu venir même discrètement, par sympathie, honorer le témoignage de cet Homme de Dieu, Homme de Paix, le prier, chercher des voies d’unité pour l’Europe de demain.
Certes, il a fait gris, sans pluie ou presque, mais le soleil s’est maintenu généreux dans les cœurs tout au long de la journée. Dans le cœur des marcheurs qui, de la SNCB d’Yvoir, à 8h28, ont emprunté le nouveau Ravel de la Molignée. Ils sont venus de partout en Belgique, Bruxelles, Mouscron, … De divers milieux, de diverses nationalités. Chacun avait sa place. Ils ont profité de l’animation spirituelle bien opportune du Fr. Thierry de Béthune, de son humour, de son allant. Une distance juste assez longue pour les pèlerins exigeants.
 juin 2009

La communauté des Frênes à Warnach a accueilli toute la semaine dernière une trentaine de jeunes prêtres du diocèse (les moins de 10 ans d’ordination) pour leur session annuelle de formation permanente. Ils étaient accompagnés de Mgr Léonard, ainsi que, lundi et mardi, de Mgr Warin et des vicaires épiscopaux Philippe Hector et Pascal Roger.
Les deux premiers jours de la session étaient consacrés au nouveau « chantier paroissial » mis en œuvre depuis peu dans le diocèse; la réflexion des journées de jeudi et de vendredi étaient centrées sur le beau, l’art, la création... avec, entre autre la contribution de Philippe Moline.
Ce dimanche 7 juin après-midi, alors que, un peu partout en Belgique, dans de nombreux bureaux de dépouillement, on comptait les voix des futurs élus régionaux et européens, un double récital a permis à un public ravi d'entre les voix admirables du nouvel orgue du Grand Séminaire de Namur. Il s'agissait du quatrième concert d'inauguration de l'instrument réalisé par Rudi Jacques pour la chapelle du séminaire. Après trois concerts qui permirent d'entendre, successivement, José Dorval et Henri Ganty (à la flûte à bec), Firmin Decert, Radovan Hacik et Rudi Jacques, c'était au tour de Emmanuel Clacens de faire chanter les 14 jeux du nouvel instrument "baroque" récemment installé au jubé de la chapelle. Emmanuel Clacens est bien connu dans le Namurois. Lauréat en orgue et pédagogie musicale de l'IMEP, il a poursuivi ses études musicales au Conservatoire de Bruxelles où il a obtenu les diplômes supérieurs et premiers prix en orgue, solfège et direction d'orchestre; il s'est aussi perfectionné dans des stages d'orgue en Allemagne, sous la direction de Carlo Hommel. Il est actuellement professeur de formation musicale au Conservatoire Royal de Bruxelles et est organiste titulaire de la Cathédrale Saint-Aubain de Namur. Le concert qu'il a proposé ce dimanche au Séminaire de Namur a permis de mettre en valeur l'originalité et la grande richesse de sonorités du nouvel instrument, de facture baroque, réalisé avec art et dans les règles de la facture à l'ancienne par Rudi Jacques, facteur d'orgues bien connu, de Hastière (Maurenne). Le programme varié a couvert une large part de l'histoire de la musique d'orgue, avec des pièces anciennes de Valente et Sweelinck, un arrêt prolongé et admirable de construction musicale avec Buxtehude, Walther et Bach, et jusqu'à des oeuvres plus récentes et romantiques, avec Rinck, Gherardeschi et Rossini. Le nouvel orgue a vibré sous les doigts experts de l'instrumentiste, heureux lui aussi de découvrir un superbe instrument que les amateurs d'orgue et de musique ancienne du Namurois ne manqueront pas de découvrir prochainement.
Le dernier (double) concert de la série d'inauguration aura lieu ce dimanche 14 juin, à 15h et à 18h. Il s'agira d'un concert pour ensemble à cordes et orgue, avec Jean-Christophe Leclère (orgue) et l'Académie Sainte-Cécile de Champagne-Ardenne, dans un programme intitulé : Londres 1745, avec des oeuvres de Haendel, Stanley, Sammartini et Graun.
 mai 2009

Des jeunes de quatre institutions de l'Aide à la Jeunesse du namurois vivent une expérience sans précédent: ils chantent dans un choeur Gospel. Ils se sont produits avec d'autres jeunes provenant ende la Fondation d'Auteuil en France à Bruxelles, à la basilique de Koekelberg.

Incroyable dénouement... Cette seizième édition du tournoi de football inter-séminaire réunissant une grande majorité des séminaristes francophones de Belgique à Salzinnes (Namur) a été remportée ce jeudi 7 mai par la communauté ‘Redemptoris Mater’.
L’initiative lancée en 1993 par les séminaristes d’alors se perpétue d’année en année. Le spectacle est édifiant ; un attaquant diacre ayant changé son col romain en tenue de footballeur coloré, cherche à marquer un but à un gardien philosophe adverse, assisté d’un défenseur théologien… le tout sous les encouragements et gesticulations des présidents de séminaire ! Sous un beau soleil printanier, tous ces séminaristes ont pu profiter d’une ambiance conviviale et détendue avant le tournoi plus sérieux de la prochaine session d’examens en juin. Rendez-vous en 2010, suivant la béatitude ‘Heureux les perdants, ils gagneront l’année prochaine !’
 mars 2009

Pour information: FabReg est un logiciel de gestion comptable de Fabrique d'Eglise.
Renseignement: EU243118@euphonynet.be