Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
9/1/2018
Dès le 14 janvier, une pièce de théâtre sur les apparitions de Beauraing
Les dimanches 14 et 28 janvier, ainsi que le 11 février, sera jouée à Beauraing, pour la première fois, une pièce de théâtre sur les apparitions de la Vierge au Cœur d’or. Une belle façon de se (re)plonger dans ces événements qui remontent aux années 30… sous un angle original et parfois décalé.
Tout semblait déjà avoir été fait pour sensibiliser le public aux apparitions de la Vierge à Beauraing: une BD, des films, un site Internet, un CD… sans oublier l’exposition actuellement en préparation. Qu’est-ce qui pouvait encore être réalisé? C’est en réfléchissant à cette question que l’abbé Christophe Rouard, vice-recteur des Sanctuaires, s’est souvenu de ses débuts comme vicaire à Ligny. Une paroisse où l’on joue, comme à Sibret, durant le Carême, le jeu de la Passion du Christ. ''Une pièce de théâtre! Voilà une piste'', s’est dit l’abbé Rouard… ''C’est inexploré, c’est neuf… D’autant que, dans le paysage ecclésial de la région, les rendez-vous de ce style ne sont pas nombreux. À nous de prendre ce créneau.'' Et c’est comme cela que l’intuition d’un spectacle est née. C’était il y a environ deux ans.

Un travail d’équipe
Très vite, l’idée a fait son chemin. Et l’abbé Rouard a su entraîner à sa suite bon nombre de personnes. En premier lieu, Jean-Marie Massot, enseignant à la retraite, passionné de cinéma, qui a accepté de porter le projet. ''Jean-Marie Massot a pris sa plume et a commencé l'écriture du script, que j’ai relu en suggérant quelques retouches'', explique le vice-recteur.
Dans la foulée, la directrice de l’INDSC – l’école des sœurs de Beauraing – a marqué son accord pour que la pièce soit jouée dans son établissement. De son côté, le technicien de l’école a accepté de se charger du son et des lumières. Puis des acteurs ont été recrutés. La troupe s’est constituée et les premières répétitions ont débuté dans le local de catéchisme de la paroisse de Beauraing. ''Les bandes sonores ont été enregistrées au moyen de mon petit enregistreur'', souligne encore Christophe Rouard. ''Les chiens du voisin ont donné de leur ‘voix’ pour les scènes où ceux de Mère Théophile aboient dans le jardin. Des chansons d’époque ont été trouvées sur Internet.''
Les décors, eux, ont été choisis, simples et légers, en carton, afin d’être rapidement déplacés pour faciliter les transitions. Fernand Embrechts les a peints, tandis que Gaby Noël a confectionné les costumes. Olivier Gebka, diplômé d’art dramatique, a vu dans la pièce une façon de vivre son engagement comme ami de Notre-Dame de Beauraing. Il a pris le rôle du docteur Maistriaux et a aidé à la mise en scène et pour certaines répétitions. Rose-Marie Tasset, quant à elle, a pris en charge l’organisation des aspects les plus pratiques. Dans l’équipe de base, on trouve aussi Patricia de Vinck, qui joue Mère Théophile.

Entre sérieux et fantaisie
Les répétitions sur scène se sont déroulées en novembre et décembre. ''Ce fut un moment de vérité'', confie l’abbé Rouard. ''Les scènes se sont enchaînées. Certaines étaient fort bien, d’autres ont dû être améliorées. Tout commençait à naître, sous nos yeux. C’était un moment de bonheur!''
Aujourd’hui le décompte avant le jour J a démarré. Les représentations, fruit d’un long et patient travail collectif, auront lieu les dimanches 14 et 28 janvier, ainsi que le 11 février. Trois représentations au total pour une pièce annoncée fidèle au contexte de l’époque: le spectateur pourra plonger dans l’ambiance des années 30, dès le tout début, grâce aux costumes, aux accessoires ou aux musiques populaires de l’époque.
Avec un texte agréable, le scénario prend le récit des apparitions sous un angle un peu décalé, ce qui donne à la pièce un charme particulier. ''Sérieux et notes de fantaisie s’allient'', relève Christophe Rouard. ''Anecdotes, discussions de bistrot, réactions du SDF du village… pimentent l’histoire qui demeure très profonde. Une part de fiction se mêle à l’histoire réelle, comme le permet le théâtre. Mais cette part est toujours très réaliste. Toutes les phrases de la Vierge sont citées, mais de manière indirecte. Pour respecter le caractère non représentable de la Reine des cieux, le style indirect a été préféré.'' À l’arrivée, cette pièce devrait être une belle façon, pour le spectateur, de découvrir les apparitions de Beauraing sous un angle original et authentique. À noter que Marie joue aussi dans la pièce. Elle joue son propre rôle. À voir dès le 14 janvier.
A.S.

Représentations les dimanches 14 et 28 janvier, 11 février à 15h dans la salle de spectacle de l’INDSC (école des sœurs). Entrée: 10€ (8€ pour les moins de 15 ans). Prévente au Point Info des Sanctuaires de Beauraing les samedis et dimanches de 14h à 17h. Par e-mail: ndbeauraing@gmail.com. Par téléphone: 082/71.12.18.
La troupe ne se séparera pas après le 11 février. Le projet est de rejouer la pièce chaque année en hiver, a l’instar de ce qui se fait à Ligny et à Sibret. Et peut-être – qui sait? – de la proposer un jour ailleurs, afin de faire connaître davantage le message de la Vierge au cœur d’or.
Translate in English - Nederlands - Deutsch


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse