Jeunes Vie du Diocèse Formations Agenda

 Retour à la liste
20/6/2018
Nicolas et Noé: dernière ligne droite avant l'ordination sacerdotale
Nicolas Baijot et Noé Vermeer affichent une belle sérénité. Et ils sont convaincus que ce sera comme ça jusqu’à ce dimanche 17 juin, jour où ils recevront, des mains de Mgr Vancottem, l’ordination sacerdotale. A l'issue de l'ordination, c'est l'évêque encore qui leur annoncera le lieu où ils feront leurs premiers pas dans le ministère. Tous deux sont confiants. Noé Vermeer qui aime écouter, conseiller... se verrait bien missionnaire mais dans le diocèse. “Que ta volonté soit faite” ponctue Nicolas. Patience...
Tous les regards seront braqués sur eux lorsque, le dimanche 17 juin, à 15h, ils feront leur entrée dans la cathédrale Saint-Aubain. Moment d’émotion pour les ordinands comme pour les familles, les amis... tous ceux qui les ont accompagnés au fil de ces années de discernement, de formation.
Noé Vermeer, 29 ans, est né à Shyanda, au Rwanda. Il a un peu plus de 3 ans lorsqu’il est adopté par la famille Vermeer qui vit à Bioul. Une famille de cinq enfants qui entoure ce bambin différent, Noé est né sans bras. Particularité qui ne l’a jamais empêché de vivre, de faire du sport - de la natation, du taekwondo...-, de jouer de la batterie, de voyager... ''J'aime voir le monde. J'aime entendre le cœur du pays battre. Je ne vais pas à l'hôtel et encore moins à la plage.'' Sa priorité: rencontrer les gens. Noé est ainsi passé par la Colombie, l'Equateur, l'Australie... Dans ses projets: le Vietnam. Il y a quelques mois, de passage au Rwanda, il a retrouvé ses parents biologiques. Un fameux moment d'émotion. Noé a toujours le sourire, la “banane” comme on dit aujourd'hui. Bonne humeur, sens de la dérision... caractérisent le futur prêtre.
Nicolas Baijot a lui 30 ans. Il passe ses premières années en Allemagne où son papa est militaire. Alors qu’il hésite entre étudier pour devenir ingénieur des Eaux et Forêts et travailler, il entre à l’armée, au Génie de Jambes. Nicolas fait partie du service de décontamination chimique, biologique, radiologique et nucléaire. Nicolas Baijot a ainsi fait partie de l'équipe chargée du déminage du fort de Loncin. Le futur prêtre reconnaît avoir accompli sa mission sans stress. Nicolas se contentant d'un commentaire laconique: ''Nous sommes entraînés pour...'' Avec l'armée, les missions l’ont mené bien loin de Malonne où vit sa famille. Il est ainsi allé en Pologne, en Afghanistan ou encore en Azerbaïdjan. Un jeune homme rayonnant, fier de ses trois petites sœurs et toujours de bonne humeur. Voilà sans doute ce qui a su séduire les jeunes du patro de Mettet, paroisse où il a été un stage. Au départ, il a animé la messe du camp. Dès la rentrée, les patronnés lui demandaient des animations chrétiennes tout au long de l'année.

''Je ne voulais pas entendre''
Noé avait 8 ans, Nicolas 10 ans lorsqu’ils ont compris qu’ils allaient consacrer leur vie à Dieu. Cet appel, ils vont l'enterrer au plus profond d’eux... Noé: “Je ne voulais pas entendre. Je savais par contre que je voulais aimer et me donner aux autres. J’ai suivi des cours pour devenir assistant social mais il me manquait l’aspect spirituel.” Noé Vermeer passera deux années, à Sherbrooke, au Canada, dans la Famille Marie Jeunesse. Temps de discernement à l’issue duquel, il entre au séminaire de Namur. Quelques amis très proches étaient dans la confidence. Des amis quelque peu surpris... ''C'est que j'étais un sacré guindailleur'' confie Noé.
A 21 ans, la vie de Nicolas bascule lorsqu’il se confesse pour la première fois. ''J’ai relu ma vie à la lumière de la vérité, de l’amour de Dieu.'' Lui qui n’avait jamais fait, jusque-là, de retraite se retrouve à Chevetogne. “J’ai compris que je devais vivre de prières et me consacrer à Dieu que c’était sa volonté.” L’abbé Vacca, aujourd’hui décédé, va l’aider dans son cheminement, dans son discernement. Dimanche 17 juin, Nicolas Baijot aura une pensée pour celui qu'il appelait avec beaucoup de chaleur, de tendresse ''le père''. En 2016, Nicolas a fait profession solennelle dans la Fraternité Léopold Mandic qui est installée à Malonne.

Et demain?
Au fil des années au Séminaire, les deux futurs prêtres ont suivi des cours bien sûr mais aussi participé à la vie des paroisses. Ils ont fait de l'insertion pastorale. Noé Vermeer dont le père est diacre permanent se définit comme un contemplatif mais aussi un missionnaire. ''La Belgique est aujourd'hui une terre de mission. Il s'agit d'être au cœur du monde avec le cœur de Dieu.'' Il accueillera sa mission, celle qui lui sera donnée par l'évêque, avec bonne humeur. Tout en reconnaissant que si on lui confie un ministère d'écoute il sera un prêtre très, très heureux.
''Que ta volonté soit faite'' se contente de dire Nicolas. ''J'ai passé sept années au Séminaire où j'ai été scruté, évalué.... Je fais confiance: ils savent où nous serons le mieux pour être au service du diocèse. Nous sommes ordonnés pour être envoyés.''
Christine Bolinne

En pratique
- La messe des ordinations sera retransmise, en direct, dès 15h, par RCF. A écouter, sur le 106.8 (Namur et environs), sur le 105.4 dans la région de Bastogne ou encore via votre ordinateur sur www.rcf.be.
- En pièce jointes, vous trouverez une autorisation de stationnement pour la place Saint-Aubain. Une autorisation à télécharger, à imprimer et à placer de manière bien visible au pare-brise du véhicule. Cette autorisation ne signifie pas qu’un emplacement de parking est réservé. Il s’agit donc d’arriver relativement tôt pour bénéficier de ces emplacements gratuitement.
Translate in English - Nederlands - Deutsch
Liste des fichiers liés :


 Les évêques
 Les prêtres
 Les diacres
 Les laïcs
 La vie consacrée
 Communautés nouvelles et mouvements nouveaux
 L’administration diocésaine
 La Justice ecclésiastique
 Carte du diocèse