Toutes les actualités

Partager

Auteur

 Diocèse de Namur

Diocèse de Namur Rédacteur

Date

29 mars 2024

Catégories

Cathédrale
Liturgie

Type

Actualités pastorales

Au départ, il y a l’huile d’olive

Régulièrement, dans l’exercice de son ministère, le prêtre est amené à utiliser le saint chrême et les saintes huiles. Nous sommes nous déjà interrogés sur ces huiles ? Tout débute lors de la messe chrismale. Présidée par l’évêque, Mgr Warin, elle a été célébrée le 27 mars dernier à la cathédrale Saint-Aubain.

Avant que ne débute la messe chrismale, les sacristies de la cathédrale ne sont paradoxalement pas les lieux les plus fréquentés. Prêtres, diacres et même des laïcs envoyés par leur doyenné « en mission » se dirigent, prioritairement, une valisette à la main, vers la chapelle Saint-Aubain. Des valisettes rondes, rectangulaires, en bois, en cuir sont ainsi déposées sur de longues tables. Un simple coup d’œil suffit pour deviner que certaines de ces valisettes ou encore de ces coffrets sont très anciens et font partie de l’histoire de la paroisse. Un doyenné, dans l’air du temps, a misé sur la valisette… en papier. A l’intérieur, trois ampoules de toutes les formes, de toutes les tailles qui, une fois la célébration terminée, seront remplies des saintes huiles et du saint chrême.

L’équipe chargée de les réceptionner a beau être rodée à l’exercice, un certain stress est perceptible. Il s’agit pour chacun d’être efficace et de gérer au mieux les impératifs de certains déposants, les impatiences des uns, les oublis des autres…

Les ampoules apportées ont été scrupuleusement vidées, nettoyées et portent une étiquette avec le contenu à y verser. Chaque déposant reçoit un numéro. Il sera bien utile lorsque, à l’issue de la célébration, il s’agira de reprendre la valisette et son précieux contenu.

Un peu plus tôt dans la journée, ce sont soixante litres d’huile d’olive qui auront été répartis dans trois amphores : une pour la sainte huile des malades, une pour la sainte huile des catéchumènes et une dernière pour le saint chrême. Un baume parfumé venu de l’abbaye bénédictine de Chantelle en France sera ajouté à l’huile d’olive. Ce sont les diacres qui se chargeront, au cours de la célébration, de les présenter à l’évêque qui, après avoir récité une prière pour chaque, les bénira.

A l’issue de la messe chrismale, les amphores seront portées, toujours par les diacres, vers la chapelle Saint-Aubain où elles seront transvasées dans des cruches qui permettront plus aisément de remplir les ampoules. Une tache minutieuse.

L’huile des malades apportera aux personnes atteinte dans leur corps, dans leur âme force et soutien. L’huile des catéchumènes est, elle, utilisée lors de la préparation des adultes au baptême. L’onction exprime la protection contre les assauts du mal. Elle peut aussi en marquer le petit enfant lors de son entrée dans l’Eglise. Le saint chrême aura sa place dans les baptêmes ou lors des confirmations. L’évêque en marque les mains du futur prêtre lors de son ordination.

Le tout est renouvelé chaque année lors de la messe chrismale (lire par ailleurs). Vu le nombre de paroisses dans le diocèse, il y en a plus de 700, impossible d’assurer « un service individuel ». Le jour de la messe chrismale, la distribution se fait donc par doyenné. Reste alors, dans le doyenné, à assurer la répartition entre les différents prêtres.

C.B.

Photos : E.D.

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.