Toutes les actualités

Partager

Auteur

Christine Gosselin Auteure

Date

9 février 2024

Catégories

Belgique
In memoriam

Type

Avis de décès

Décès de Monsieur Christian Rensonnet, « une foi inébranlable »

C’est avec tristesse, mais dans l’espérance de la Résurrection, que nous vous informons du décès, survenu ce 7 février 2024, à Marche-en-Famenne, de Monsieur le diacre Christian RENSONNET, à l’âge de 67 ans.
Monsieur Christian RENSONNET, né à Enneilles le 1er juillet 1956, a été ordonné diacre permanent le 17 novembre 1990 à Barvaux. Il est l’époux de Marianne Collin. Il a accompli une carrière professionnelle et a été engagé pastoralement dans les équipes pastorales de Durbuy et de Somme-Leuze. Il était retraité depuis 2016.
La célébration de ses funérailles aura lieu le lundi 12 février prochain, à 11h00, en l’église paroissiale de Noiseux.
Le défunt repose au funérarium Lardot, à Melreux (avenue de la gare 116, Hotton) où les visites sont possibles samedi et dimanche entre 16h00 et 19h00. Une veillée de prière aura lieu au funérarium dimanche à 19h00.
Le diocèse de Namur rend grâce à Dieu pour le ministère de Monsieur le diacre Christian RENSONNET, il s’unit à la peine de sa famille, de ses proches et de ses confrères, et le porte dans sa prière.
Faire-part de décès

Témoignage

Christian Rensonnet, « une foi inébranlable »

Monsieur le diacre Christian Rensonnet nous a quitté ce 7 février 2024 à Marche-en-Famenne, à l’âge de 67 ans.

Né à Enneilles le 1er juillet 1956, c’est un parcours pour le moins singulier qui allait conduire Christian Rensonnet, époux de Mme Marianne Collin et père de deux enfants, à l’ordination diaconale qu’il reçut le 17 novembre 1990 à Barvaux.

Son parcours professionnel avait commencé dans une entreprise de pompes funèbres, pour se poursuivre comme couvreur, puis comme éducateur dans un service résidentiel pour personne en situation de handicap.

Si ces diverses expériences avaient amené Christian a côtoyer divers milieux et à réfléchir sur des questions essentielles depuis les hauteurs des toits jusque dans la proximité la plus étroite de l’autre dans son lien à la maladie, au handicap ou à la mort, c’est le « oui » à la sollicitation du curé de son village de le seconder dans ses paroisses qui devait bouleverser sa vie. Avec son épouse, ils décident de s’engager au service de l’Église et d’entreprendre la formation au diaconat permanent. « ‘Toi suis moi’ avec écrit St-Jean. C’est ce message précisément que tu avais pressenti, et qui t’avait guidé vers la vocation religieuse », rappelle le président de la fabrique d’église de Baillonville lors de la liturgie des funérailles.

Après un engagement dans les équipes pastorales de Durbuy, Christian Rensonnet s’était porté disponible pour seconder l’abbé Henri Maréchal qui avait en charge huit paroisses dans la commune de Somme-Leuze. Sympathique et empathique, s’adaptant facilement à toutes les situations, bricoleur, jardinier et informaticien à ses heures, il était l’homme de toutes les situations, même s’il avait particulièrement pris sa place dans la rencontre des malades…

Rattrapé lui-même par la maladie il était retraité depuis 2016.

CG

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.