Toutes les actualités

Partager

Auteur

Christine Bolinne Auteure

Date

30 novembre 2023

Catégories

Art
Avent
Folklore
Namur

Type

Vie d’Église

Les jouteurs sur échasse de Namur font leur entrée dans le monde des santons

Une année aura été nécessaire pour que l’idée aboutisse. Une année d’échanges de courriels entre Namur et Simiane Collonge, petit village situé entre Aix et Marseille. C’est au pays des santons, dans l’atelier de la famille Gateau que les jouteurs sur échasse de Namur sont nés de l’argile. Pour ce Noël, ils trouveront place non pas dans la crèche mais aux abords !

Ceux qui ont déjà eu l’occasion d’admirer ces nouveaux nés dans le monde des santons – avec parmi eux quelques amoureux de ce folklore pour le moins sportif – ont eu un coup de cœur. Immédiat. La tenue est conforme à celle toujours portée aujourd’hui et qui habillait déjà ces jouteurs voici plusieurs siècles. Vous aurez le choix entre les Mélans aux échasses jaunes et noires et les Avresses, les rouges et blancs. Des « chachau » qui seraient apparus, il y a plus de 600 ans. Ils permettaient aux Namurois lors de crues de la Meuse, de la Sambre ou encore du Houyoux de se déplacer, les pieds au sec. Au fil des années, cela a donné lieu à des joutes entre ceux qui représentent le centre-ville (Mélans) et ceux de la périphérie. Des joutes qui remportent, chaque année, lors des Fêtes de Wallonie, un vrai succès de foule.

Deux compagnies que la plupart d’entre nous connaissent comme étant les échasseurs namurois. Depuis 2021, année de leur reconnaissance par l’Unesco avec inscription sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité, on parle de la joute sur échasses de Namur. C’est cette discipline qui a ainsi été valorisée par l’Unesco.
Une belle histoire…

Si les jouteurs ont déjà joué de l’échasse un peu partout dans le monde, ils ne sont pas pour autant devenus un produit commercial. Rejoindre la belle et grande famille des santons de Provence est une belle histoire. Santons qui constituent de merveilleuses scènes de vie quand Noël approche. A côté de l’étable constituée en lourdes pierres, il y a les maisons villageoises, le puits… A proximité de la sainte famille, un village animé par ses habitants. Chacun représenté dans son rôle : le boulanger, le forgeron… Et pour tous le même souci du détail dans la tenue, par exemple comme dans les visages, tous peints à la main. Les jouteurs sur échasse de Namur ne font pas exception même s’ils ne trouveront pas leur place dans la crèche… Trop hauts. Comme tous les santons, ils mesurent 7 cm de haut mais il faut, bien sûr, ajouter les échasses qui font, elles, 11 centimètres ! C’est donc de haut que les Avresses et les Mélans veilleront sur l’Enfant-Jésus.

Des artistes-artisans

Une belle histoire qui démarre par la visite, au CDD de Namur, d’un représentant vendant les produits de la famille Gateau. Des santons que l’équipe connait bien pour les vendre depuis des années et dont elle apprécie la qualité. Rien à voir avec les statuettes fabriquées à la chaîne et qui parcourent la moitié du monde dans des cales de bateaux ! Le représentant qui propose les productions de la famille Gateau, santonniers de père en fils, a suggéré à l’équipe du CDD de réaliser dans le sud de la France les échasseurs, les jouteurs sur échasse de Namur. Enthousiasme immédiat.

Restait à échanger moult photos pour arriver à ce que les jouteurs en argile soient fidèles aux vrais, ceux de chair et de sang ! Le résultat est très réussi. Rien que de bons souvenirs pour tous même si le chapeau des jouteurs a donné du fil à retordre aux artisans.

En juillet dernier, la famille Gateau, en vacances, est venue saluer l’équipe du CDD. Une belle complicité qui se poursuit. L’histoire ne dit pas si les Gateau lors de leur passage à Namur ont eu la possibilité d’assister à une joute.

Pourquoi ne pas offrir ou s’offrir un peu de notre folklore avec ces jouteurs et les inviter près de la crèche. Une manière encore originale de marquer le 800e anniversaire de la première crèche. Une crèche vivante installée, en 1223, dans le petit village de Greccio, en Ombrie (Italie) à l’initiative d’un certain saint François d’Assise.

Christine Bolinne

Les Avresses et les Mélans sont vendus, dans les CDD de Namur et d’Arlon, 38 euros.

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.