Toutes les actualités

Partager

Auteur

 Diocèse de Namur

Diocèse de Namur Rédacteur

Date

15 février 2024

Catégories

Chantier paroissial
Luxembourg
Namur

Type

Actualités pastorales

Les nouveaux contours des doyennés

« Notre Église vit, aujourd’hui, dans des habits trop grands » constate Mgr Warin. Pour reprendre un terme cher aux marins : faut-il dès lors réduire la voilure ? Il s’agit plutôt de repenser l’Église dans une société pluraliste où les chrétiens sont moins nombreux. Faire que cette Église soit missionnaire, accueillante. Aujourd’hui, la paroisse n’est plus le lieu où tout se passe. Il faut penser en Unités pastorales. Cela passe encore par un changement dans les contours des doyennés. Un nouveau quadrillage nécessaire à l’Église de demain.

« Le redécoupage du diocèse peut susciter certaines craintes. Ce n’est pourtant pas une « nouveauté ».

Le diocèse de Namur compte 709 paroisses. On ne peut plus travailler à ce niveau, il est urgent de fédérer les énergies ! Mgr Mathen, en 1978, avait déjà procédé au regroupement des paroisses en secteurs pastoraux. En 2007, Mgr Warin a réfléchi de façon nouvelle à l’avenir des paroisses et a initié le Chantier Paroissial. Depuis 2016, 42 unités pastorales ont été fondées. D’autres secteurs se mettent en route, expérimentant une manière d’être Église plus synodale. Ancrés sur la Parole de Dieu, les équipes et conseils apprennent à vivre une vraie coresponsabilité prêtres et laïcs, une communion vivante, une écoute des uns et des autres, une attention à tous… Tout cela pour un meilleur vécu de la mission. Des laïcs sont envoyés par l’évêque pour une durée de trois ans. Françoise Hamoir : « Leur mission est d’ordre spirituel. Par leur travail en équipe pastorale, ils redécouvrent la force de leur baptême, la joie de travailler ensemble. »

Aujourd’hui, dans un monde qui change de plus en plus vite, il faut aller au-delà. Les Unités pastorales et leur fonctionnement permettent de repenser le découpage du diocèse. Le diocèse de Namur n’est pas le seul à procéder de la sorte : Tournai ne compte plus que sept doyennés, Liège treize. Dans le diocèse de Namur, ils seront quatorze ou quinze. Le doyen pourra compter, dans chaque unité pastorale, sur le curé et les autres prêtres, et aussi sur l’équipe pastorale. Son rôle sera plus de l’ordre de la communion et de la coordination. Il veillera, outre l’impulsion pastorale, au bien-être des prêtres, à une vie fraternelle entre eux, à une fraternité entre et avec les laïcs engagés. Un(e) assistant(e) de doyenné le secondera pour la gestion et les démarches plus administratives. Des postes sont encore à pourvoir. Déjà plusieurs doyennés ont été regroupés : Nord-Ardenne, Marche-en-Famenne, Entre-Sambre-et-Meuse, Val de Sambre, et tout dernièrement, les doyennés du Pays d’Arlon, de Gaume et de la Hesbaye Namuroise. Le défi est maintenant de construire ensemble, localement, doyen et acteurs pastoraux, des liens solides qui favoriseront une Église toujours plus missionnaire !

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.