Toutes les actualités

Partager

Auteur

Christine Bolinne Auteure

Date

26 janvier 2024

Catégories

Cathédrale
Namur

Type

Actualités pastorales

« Nous allons apprendre à nous découvrir », le chanoine Van Cauwenbergh installé dans ses paroisses

Dimanche, les paroissiens de Saint-Jean Baptiste et de Saint-Loup étaient réunis à la cathédrale Saint-Aubain pour assister à la messe d’installation du chanoine Xavier Van Cauwenbergh. Il a été nommé curé de deux paroisses du centre-ville et archiprêtre de la cathédrale. A l’issue de la célébration, le chanoine Van Cauwenbergh a tenu à remercier les communautés pour leur accueil. Il les assurera non seulement d’une présence régulière dans les églises dont il a la charge, de sa volonté d’aller à la rencontre des uns et des autres. Un souhait encore celui de participer aux moments festifs. Le nouvel archiprêtre découvrira très vite que Namur ne s’anime pas qu’aux Fêtes de Wallonie.

La chaleur était dans les cœurs ! Heureusement. A cette période de l’année, la cathédrale Saint-Aubain – sans chauffage depuis… 20 ans – est tout sauf un lieu chaleureux. Dimanche, c’était l’installation du nouvel archiprêtre de la cathédrale, le chanoine Xavier Van Cauwenbergh. Comme les douze autres prêtres nommés par l’évêque, le chanoine a pour mission d’accomplir, dans la cathédrale Saint-Aubain, des missions liturgiques plus solennelles. Ils ont aussi la mission de prier pour l’évêque et les diocésains. A Namur comme à Bruges une paroisse est encore jointe à la cathédrale, et le curé porte alors le titre d’archiprêtre. La cathédrale, étant l’église-mère du diocèse, l’église de l’évêque, il est chargé d’officier quand ce dernier ou encore le doyen du Chapitre cathédral ne peut être présent. A Namur, il est aussi le curé de la paroisse de la cathédrale, la paroisse Saint-Jean l’Evangéliste. Avec, comme pour toutes les autres paroisses des baptêmes, des mariages, des funérailles… à célébrer. 

Les clés, l’ambon, le tabernacle

Le chanoine est encore nommé curé pour deux paroisses du centre de Namur, les paroisses Saint-Loup et Saint-Jean-Baptiste. En l’accueillant, Mgr Warin qui présidait cette célébration le remerciera d’avoir accepté cette nouvelle mission. L’évêque retracera ainsi le parcours de ce jeune quinquagénaire originaire de Ohain-Lasne qui a déjà eu la charge de plusieurs paroisses dont celles de Villers-sur-Lesse et celles du secteur pastoral de Mettet. D’anciens paroissiens avaient fait le déplacement pour encourager, dans cette nouvelle étape de son ministère, le chanoine Van Cauwenbergh. Mgr Warin soulignera également que le chanoine a été le secrétaire de Mgr Vancottem durant son épiscopat. Aujourd’hui, il est le chancelier du diocèse.

Que serait un curé sans la clé de son église. Le chanoine en a reçu trois, une par église. Un peu plus tard, accompagné de Mgr Warin, il s’est vu remettre les différents lieux consacrés à son ministère : le siège de la présidence d’où il présidera l’assemblée des fidèles et comme le précisera l’évêque « l’édifiera en rendant à Dieu le culte public qui lui est dû, avec piété et selon le rite de l’Eglise. » Le tabernacle ensuite où est conservée la Sainte Eucharistie, le confessionnal « où vous aurez à remplir votre charge de père et de docteur, de médecin et de juge. » Suivront les fonts baptismaux, l’ambon d’où la Parole de Dieu est annoncée et les cloches. Ces dernières jouent un rôle important : convoquer les fidèles.  Auparavant celui qui veillera sur ces fidèles namurois, agenouillé sur un prie Dieu, face à l’évêque, a fait profession de foi. Il a aussi renouvelé les promesses faites lors de l’ordination notamment d’obéir à l’évêque. Il a ainsi répondu d’une voix claire, posée et déterminée par un « oui, je le veux. » 

« Un chemin ensemble »

Mgr Warin : « Cher Xavier, vous recevez aujourd’hui la mission d’archiprêtre de la cathédrale et de curé voulez-vous relever le défi que constitue l’émergence bonne, heureuse, d’autres acteurs dans l’Eglise ? Il s’agit de faire jouer tout le monde ensemble, de laisser chanter le rossignol qu’il y a en chacun, de permettre à chacun et chacune de déployer sa vocation spécifique. Le laïc n’est pas un béni-oui-oui. Le diacre n’est pas un sous-prêtre. Et le prêtre ne doit pas être moins prêtre pour que le laïc déploie pleinement sa vocation de baptisé ou un ministère reçu. Il importe que notre Eglise plurielle devienne de plus en plus synodale. Le moment est venu d’une participation plus large du Peuple de Dieu au processus de décision. Les décisions dans l’Eglise passent aujourd’hui par un « chemin ensemble. »

Pour cette messe d’installation, la Maîtrise de la cathédrale dirigée par Grégory Decerf était présente. Avec, à l’orgue, pour l’accompagner, Emmanuel Clacens. Le répertoire –  fera vibrer l’assemblée notamment lors de l’Alleluia du messie de Haendel. Moment fort en émotion encore lorsque l’organiste et la chantre de Mettet ont interprété le « Panis Angelicus. »

De très nombreux fidèles – bien frigorifiés – ont tenu à prendre encore quelques minutes pour saluer leur nouvel archiprêtre ou curé et le féliciter, bien sûr. Le chanoine Van Cauwenbergh avec autant d’humour que de simplicité avait adressé aux uns et aux autres des remerciements pour leur présence. L’occasion aussi de se présenter. Ancien scout, il a donné son totem « chat » parce que dira-t-il, il retombe toujours sur ses pattes. Il sait aussi sortir ses griffes : « Je peux m’énerver mais, rassurez-vous, je retombe très vite. J’apprécie aussi la franchise. Quand quelque chose ne va pas, il ne faut pas hésiter à me le dire, directement, en face. » Chat comme totem et pitre comme qualif. Le chanoine avouera, mais fallait-il vraiment l’ajouter, qu’il aime rire. « Je suis pince sans rire. Nous allons apprendre à nous découvrir. »

C.B.

Photos : E.D.

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.