Toutes les actualités

Partager

Auteur

 Diocèse de Namur

Diocèse de Namur Rédacteur

Date

1 mai 2023

Catégories

Spiritualité

Type

Vie d’Église

Se reposer en Dieu et sous le manteau de Marie

Marie est notre Mère et ce manteau sous lequel nous pouvons nous reposer est celui qu’elle reçut à l’Annonciation de l’ange Gabriel qui lui dit : « L’Esprit Saint te couvrira de son ombre ». Marie n’a jamais quitté ce manteau et tous ceux qui s’y abritent se sentent protégés. Loin d’elle et de son cœur de Mère, nous nous exposons à ressentir un grand vide intérieur et bien des tracas inutiles. En ce beau mois d’août, toute mère le comprendra par sa vocation de protectrice.

Mais comment faire pour vivre sous ce manteau ? Par la connaissance, la méditation, la prière et en vivant pleinement les messages de son Fils. Cela nous amène au repos en Dieu.

Tout homme, quelle que soit sa vocation en a besoin. Se retrouver chaque jour dans l’intimité du Seigneur lui fait retrouver la paix et le calme intérieur. Encore lui faut-il trouver les moments qui lui conviennent le mieux et surtout persévérer. La constance porte toujours du fruit que ce soit en sport ou dans la prière.

En général, un de ces moments privilégiés est tôt le matin. Pensons à Mc 1,35 « Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait ». Le deuxième moment favorable est bien sûr le soir pour apaiser une longue journée de labeur. Mt 14,23 « Jésus gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu il était là, seul ». C’est pourquoi pour optimiser ces moments de repos en Dieu, il est bon de chercher des lieux de silence, qu’ils soient à l’intérieur de nos maisons ou dehors.

« Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait »

Mc 1,35

Le Psaume 62,6 nous le proposait déjà « Mon âme, repose toi en Dieu ». Nous ressentons souvent au plus profond de nous-mêmes ce besoin vital de rencontrer Dieu, pas seulement dans l’Eucharistie mais dans la paix, pour nous ressourcer, rester unis à Lui et puiser en Lui une force nouvelle. Notre époque nous fait vivre au milieu de tentations démultipliées de toute nature. Il y a toujours quelque chose à faire, à regarder. Les bruits contradictoires du monde envahissent nos vies, les troublent et nous éloignent du Seigneur. Le bruit de notre temps couvre la brise légère… celle-là même qui, dans la sérénité, parle à nos cœurs et sanctifie toutes choses. Relisons pour ce faire Mt 11, 28-29.

Mais il n’y a pas que ces moments quotidiens qui peuvent nous amener le repos en Dieu. Nous devrions y consacrer des moments plus longs, des jours forts dans notre vie spirituelle, des retraites, des pèlerinages. Bien sûr, chaque semaine, nous avons le saint jour du dimanche. Mais, contrairement à nos amis juifs, respectons-nous vraiment ce jour de repos ? Il y a toujours quelque chose à faire « absolument ». Or, c’est un jour précieux, un jour unique et régulier pour s’unir à Dieu, l’honorer, le recevoir et le prier. Pour notre santé spirituelle, nous devrions être fidèles à ce rendez-vous et reporter tous les autres.

La Bible nous offre d’autres moments privilégiés de repos en Dieu qui sont les grandes fêtes liturgiques. Peut-être pourrions-nous y consacrer la moitié de leur temps à ce repos en Dieu et le solde en festivités ?

Alors, pourquoi ne pas faire un petit examen de conscience pendant ce temps de repos que sont les grandes vacances ? Nous poser des questions qui pourraient être les suivantes :

Ma vie était-elle vraiment reliée au Seigneur ? Quel moment prendre chaque jour pour rencontrer Dieu, lui parler, lui rendre grâce, le prier, épancher mon cœur, tout lui confier et le contempler ? Dieu est-Il le premier dans ma vie ? Est-ce que je me laisse un peu trop envahir par les mauvaises herbes ? Est-ce que je laisse Dieu nourrir ma vie pour la rendre féconde et la combler de sa présence ?

Toutefois, pour tenir durablement en Dieu et en sa Présence, la fidélité dans la foi et dans la prière sont indispensables. La foi nous est donnée, nous n’en décidons pas. Aussi nous appartient-il de la cultiver en nous. Beaucoup de Chrétiens persévèrent longtemps et puis se laissent égarer par leur propre affadissement, leur infidélité à Dieu. Ils s’éloignent du Seigneur et tombent le plus souvent dans des pièges qui les blessent voire les anéantissent. Certes, chacun a ses épreuves et personne n’est épargné. Mais en gardant les yeux fixés sur la Croix du Christ, les nôtres semblent moins lourdes à porter car nous avons l’Espérance.

Dieu voit notre désir profond, notre bonne volonté et vient toujours en aide à nos faiblesses, même si nous ne nous en rendons pas compte. Ce repos en Dieu et sous le manteau de Marie est un don divin par lequel nous pouvons goûter anticipativement le repos éternel qui est préparé pour nous qui Le prions, L’aimons et vivons en Lui.

Ne soyons pas surpris des événements qui pourraient survenir dans les mois à venir. Il nous appartient de demeurer fermes et constants dans notre volonté de tout remettre à Dieu et de nous reposer en Lui. La Parole de Dieu ne passera jamais. C’est le repos divin qui nous garde unis au Seigneur.

Voilà une petite réflexion pour ce mois marial. Confions-lui nos âmes.

Sœur Marie-Aurore, ermite du Carmel (Tellin)

Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.