Toutes les actualités

Partager

Auteur

Christine Bolinne Auteure

Date

26 octobre 2023

Catégories

Communauté
Evêché
Spiritualité

Type

Vie d’Église

Prêtre exorciste : avant tout un ministère d’écoute 

Exorciste. Le mot est lâché et avec lui son lot de craintes, de peurs voire de terreurs qui apparaissent immédiatement. Dans l’Eglise et l’Eglise diocésaine en particulier, des prêtres sont chargés, par l’évêque, de pratiquer des exorcismes. « De libérer, selon la définition, un être dont une entité spirituelle maléfique se serait emparée. » Si de grands exorcismes sont pratiqués, dans des cas graves de possession, ils ne sont pas nombreux. Deux prêtres exorcistes officient dans le diocèse. Rencontre, à quelques jours d’Halloween et son lot de monstres, d’histoires qui font frissonner, avec le Père Daniel-Marie (o.praem) et le Père Jean-Pierre Bondue (m.afr.).

Ce jour-là, le Père Jean-Pierre Bondue, Missionnaire d’Afrique et le Père Daniel-Marie, religieux Prémontré, se retrouvent, à La Plante, à l’heure du café… et du carré de chocolat qui accompagne. Le Père Jean-Pierre Bondue est un Père Blanc qui a passé près de 60 ans de sa vie en Afrique. Il a vécu au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et en République Démocratique du Congo où il séjournera 30 ans. Ce Bruxellois d’origine est rentré en Belgique depuis quelques mois maintenant. Il est, aujourd’hui, le responsable de la Maison des Pères Blancs située à deux pas de la Meuse, à La Plante. Ils sont encore neuf à y vivre avec une moyenne d’âge de 90 ans. La maison accueille encore des étudiants de Lumen Vitae. Le Père Bondue avec entrain : « Ils mettent de la vie dans la maison. »
Plus posé, le Père Daniel-Marie. Il fait partie de la Communauté des Prémontrés de Leffe et est exorciste, dans le diocèse, depuis 1997. Le Père Bondue du haut de ses 87 ans vient de démarrer dans cette nouvelle mission qui lui a été confiée par Mgr Warin. Lui qui pensait, à son retour d’Afrique, aider dans la pastorale…

Quand un exorciste rencontre un autre exorciste…
Le Père Daniel-Marie était lui, avant d’être exorciste, aumônier aux cliniques universitaires de Mont-Godinne. Un jour, en sortant de la clinique, il aperçoit, assis sur un banc, un prêtre. Il se dirige vers lui, se présente et entame la conversation. Ce prêtre, c’est l’abbé Paul Léonard alors… exorciste du diocèse ! L’abbé Léonard lui parle de sa mission qu’il qualifie « d’un peu spéciale ». Frère de Mgr Léonard, il lui explique que ce dernier est à la recherche d’exorcistes. Ne serait-il pas tenté ? On connaît la suite.
Il n’existe pas de formation pour devenir exorciste. Tout est prévu dans le rituel officiel de l’Eglise catholique comprenant les prières à réciter, décrivant encore les différentes étapes à respecter. D’emblée, tous deux sont unanimes pour dire qu’être exorciste, c’est avant tout exercer un ministère d’écoute. C’est aussi prier, beaucoup prier. Ils sont tout aussi unanimes pour affirmer que les cas de possession sont rares. Les deux prêtres préfèrent dire que les interventions les plus nombreuses sont faites pour enlever le mal sans évoquer directement le démon, le diable…
Le Père Daniel-Marie en a déjà pourtant connu des cas de possession. Il se souvient encore de l’appel de la personne chargée de l’accueil à l’abbaye de Leffe. Elle était terrorisée. Devant elle, une femme ceinturée par deux hommes. Le Père Daniel-Marie : « Le visage de cette femme n’avait plus un aspect humain. C’était, à ce moment-là, mon ressenti. J’ai pratiqué le grand exorcisme, j’ai prié pendant deux heures. Au fur et à mesure, elle se calmait pour finalement s’endormir. Elle est revenue quelques jours plus tard pour me remercier. Je ne l’aurais jamais reconnue. » Et d’ajouter : « Des situations comme celles-là existent mais sont exceptionnelles. » L’occasion encore pour rappeler qu’un exorciste ne demande pas d’argent pour son temps d’écoute comme de prière.

Paroles et prières de délivrance
Durant sa vie en Afrique, le Père Bondue a eu, souvent, l’occasion de parler avec des hommes, des femmes qui allaient en consultation auprès d’un marabout. Des marabouts qui sont aussi présents, chez nous, en Belgique où ils reçoivent. Il arrive que les personnes qui se disent envoutées finissent par rencontrer le religieux, en toute discrétion et bien sûr dans le respect de la confidentialité. Elles sont convaincues qu’elles ont reçu un sort, un mauvais sort. « Elles se sentent possédées, oppressées. Avec elles, la parole et la prière de délivrance, de libération sont précieuses sans oublier la bénédiction. » Le Père Bondue d’ajouter : « Le plus souvent les gens se sentent apaisés après la rencontre. Chaque fois, je n’hésite pas à rappeler que c’est Jésus qui libère. »
Le Père Daniel-Marie : « Je reçois les personnes à l’abbaye de Leffe, il m’arrive encore de me rendre chez elles. Ce sera le cas lorsque des bruits étranges sont détectés, par exemple, dans l’habitation. Quand je demande si la maison a été bénie, on me répond souvent par la négative. Je le fais alors. Avec les pauvres moyens qui sont les nôtres, il faut remettre ces gens sur le chemin de l’Espérance, leur rendre le sourire. L’Esprit-Saint m’aide. » Le Prémontré se souvient avoir été appelé à Jambes. A son arrivée, les occupants et les voisins étaient à l’extérieur de la maison. Terrifiés. « Au centre de l’habitation, de la cave au grenier, tout était détruit dans un espace large comme un pipeline ! » Là encore la prière de délivrance a fait des merveilles et le Père Daniel-Marie n’a plus jamais été sollicité.
Comment expliquer ces faits ? Le Père Daniel-Marie a une réponse : « Là où la foi recule la superstition reprend le dessus. »
Une mission d’église qui, le plus souvent, interroge voire fait peur. Les deux exorcistes sont-ils inquiets lors de leurs interventions ? Le Père Daniel-Marie : « Il m’est arrivé d’être impressionné par ce que j’ai vu. Je pratique l’exorcisme avec confiance. Je ne suis qu’un serviteur, c’est le Seigneur qui se montre sauveur. » Tous deux d’ajouter : « Nous sommes comme des ambassadeurs de paix qui ramenons les personnes à Dieu. Nous sommes là pour les rassurer, les aider à retrouver une paix, à les reconduire vers l’Espérance. Il faut le dire et le redire, nous sommes tous aimés par Dieu. »
Christine Bolinne

Vous souhaitez joindre un exorciste ? 

Père Daniel-Marie Ramiro-Gonzales, o. praem.
082 21 37 38 – daniel@abbaye-de-leffe.be

Père Jean-Pierre Bondue, m. afr.
0471 23 78 14 – bondue.37.heureux@gmail.com

Le Père Daniel-Marie (à gauche) et le Père Jean-Pierre Bondue (à droite)
Newsletter Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités et événements dans votre boite mail.